Catégorie "Auteurs"
21 mars 2017 - MACKENZIE Sally    Aucun commentaire

Noblesse oblige – T4 : Le gentleman mis à nu – Sally MACKENZIE

  • TitreLe gentleman mis à nu
  • Série : Noblesse oblige
  • Auteur : Sally MACKENZIE
  • Traduction : Benjamin LOB
  • Illustration : Shutterstock
  • Public : Adulte
  • Edition : Milady
  • Parution : 24 août 2012
  • Pages : 504

 

 

Quatrième de couverture

L’habit ne fait pas le gentleman.

   Il est temps pour Miss Margaret Peterson de se marier. Elle décide de trouver un époux qui, à défaut d’autre chose, partage sa passion pour l’horticulture. Malheureusement, le premier individu qu’elle entraîne dans un jardin se comporte comme un rustre.

   John Parker-Roth est un gentleman, un vrai, et il vole au secours de Margaret. Lui-même ne vit que pour les plantes, et l’idée du mariage ne le séduit guère. Il n’aura pourtant pas le choix, car c’est lui qu’on accuse d’avoir butiné la jeune femme. Il pourrait bien se laisser convaincre et pas seulement pour sauver l’honneur de Margaret, mais parce que celle-ci a la fraîcheur d’une rose.

Une rose avec de redoutables épines.

Mon avis

Nous retrouvons dans ce tome Meg Peterson et Mr Parker-Roth, dont nous avions déjà suivi le rapprochement lors du tome précédent. Ce quatrième tome est mon préféré depuis le début de la série. Je l’ai trouvé plus mouvementé et j’ai trouvé que les personnages avaient une personnalité plus recherchée et plus intéressante. J’ai particulièrement apprécié Meg, qui est une femme forte bien décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds.

L’intrigue est en réalité assez similaire à celle du tome précédent : un mariage hâté pour éviter le scandale, un couple peu épanoui après le mariage… mais j’ai quand même été happée par cette intrigue qui a réussi à combler le manque de surprise grâce à des personnages haut en couleur et une narration un petit peu plus recherchée car les points de vue narratifs alternent dans ce tome.

J’ai déjà entamé le tome suivant et j’espère qu’il se révèlera aussi savoureux que celui-ci !

Ma note : 9/10.

 

La série « Noblesse oblige » :
Le duc mis à nu Le marquis mis à nu Le compte mis à nu Le gentleman mis à nu Le baron mis à nu
Le vicompte mis à nu Le roi mis à nu

28 février 2017 - MACKENZIE Sally    Aucun commentaire

Noblesse oblige – T3 : Le compte mis à nu – Sally MACKENZIE

  • TitreLe comte mis à nu
  • Série : Noblesse oblige
  • Auteur : Sally MACKENZIE
  • Traduction : Jean-Baptiste BERNET
  • Illustration : Shutterstock
  • Public : Adulte
  • Edition : Milady
  • Parution : 13 juillet 2012
  • Pages : 384

 

 

Quatrième de couverture

L’habit ne fait pas le comte.

Fuyant une détestable mégère qui voudrait le forcer à l’épouser, Robert Hamilton, comte de Westbrooke, est bien content de trouver une fenêtre ouverte par laquelle se glisser. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’il se retrouve face à la jeune soeur d’un de ses amis, la très belle lady Elizabeth, nue comme un ver et légèrement pompette.

Si quelqu’un venait à les surprendre, il lui faudrait demander la main de la jeune femme pour sauver son honneur.

Voilà une idée bien tentante. Malheureusement, la situation n’est pas si simple, et les embûches sont multiples…

 

Mon avis

Le comte mis à nu est consacré à Robbie et Lizzie, deux personnages que l’on connaissait bien de part les tomes précédents et dont le rapprochement était déjà pressenti.

Le second tome m’avait déçue par rapport au premier : il était plus fade et bien moins intéressant. Heureusement, dans ce troisième tome, j’ai retrouvé tout ce qui m’avait plu dans le premier : de l’humour, une héroïne pas trop naïve, l’atmosphère de la vie de château et quelques frissons d’impatience au fil des pages ! Je l’ai cependant trouvé un peu plus « osé » que les précédents, j’espère qu’on ne tombera pas dans l’excès lors des suivants !

J’ai également apprécié que de nombreuses histoires parallèles vienne enrichir le fil principal. Ça permet de ne pas se lasser et de mieux connaître les autres personnages.

Ma note : 8,5/10.

 

La série « Noblesse oblige » :
Le duc mis à nu Le marquis mis à nu Le compte mis à nu Le baron mis à nu Le gentleman mis à nu
Le vicompte mis à nu Le roi mis à nu

Le Retour du bel Alexis – Claire MINNE-BEAUVOIR

  • Auteur : Claire MINNE-BEAUVOIR
  • Titre : Le retour du bel Alexis
  • Illustrateur : Nathalie ROCHE
  • Public : Adulte
  • Edition : Mot passant
  • Parution : 13 octobre 2016
  • Nombre de pages : 370

 

Le Retour du Bel Alexis

 

Quatrième de couverture

Après avoir séjourné chez Jean et Marie au hameau des Roches au cœur du Forez pendant presque deux années, Alexis retourne dans le Périgord, sur le domaine viticole des Castagnières, où il a vu le jour. Si son père Francis Dumonteil et son frère Denis ne lui font pas très bon accueil, ce n’est pas le cas de sa jeune sœur Catherine et de Mathias, son ami d’enfance.

L’été qui arrive avec un orage de grêle va permettre au jeune bourgeois de faire des rencontres inattendues, notamment avec Hélène, la fille du plus proche voisin viticole et ennemi de la famille Dumonteil. Malgré des ressentiments de la jeune femme envers Alexis, les deux jeunes gens, aux caractères tumultueux vont être attirés l’un à l’autre et se revoient à plusieurs reprises… Jusqu’au jour où un drame frappe le domaine des Castagnières…

Alexis, confronté aux mésententes, aux vengeances et aux erreurs judiciaires, décide de mener l’enquête lui-même… Mais Hélène continuera-t-elle à le soutenir, ou l’abandonnera-t-elle à son sort ? Pourra-t-il aussi compter sur l’aide de vieux amis ?

Avec son écriture très cinématographique, Claire Minne-Beauvoir nous emmène dans une superbe histoire trépidante pleine de descriptions précises et de dialogues ciselés et signe là une véritable œuvre romanesque.

Mon avis

Dans ce nouveau roman de Claire MINNE-BEAUVOIR, nous quittons le petit hameau des Roches pour les vignes du Périgord, région d’origine d’Alexis, dont nous avions fait la connaissance dans le premier roman de l’auteure. Nous laissons de côté le faste du château et la vie simple des paysans pour découvrir le quotidiens des viticulteurs auprès de la famille Dumontel.

Ce roman se situe chronologiquement après Le Hameau des Roches et relate une histoire indépendante, qu’on pourrait découvrir sans avoir lu le premier tome, mais en renonçant à découvrir au fil des pages les références à Jean et Marie ou encore à Gouttenoire, les personnages centraux du Hameau des Roches.

Alexis n’est pas très bien accueilli par son père et son frère, et quand une affaire de meurtre s’en mêle, Alexis est malgré lui contraint de mener l’enquête. J’ai beaucoup apprécié la recherche du meurtrier car on est amené à soupçonner tour à tour plusieurs personnages… et l’incompétence de la maréchaussée est là pour nous faire bondir d’indignation ! Le dénouement m’a moyennement surprise. J’avais émis des doutes concernant ce personnage, mais comme j’en soupçonnais d’autres également, le dénouement a pu jouer son rôle.

Une histoire d’amour se profile également entre Alexis et la fille du domaine viticole voisin. Si leurs caractères affirmés va d’abord les opposer, leurs sentiments respectifs vont rapidement prendre le dessus.

En conclusion, je crois que j’ai préféré le Retour du bel Alexis au Hameau des Roches. L’enquête presque policière permet un rythme plus soutenu et des rebondissements plus nombreux. C’est un roman qui vous fera passer à coup sûr un bon moment.

Ma note : 8,5/10.

26 août 2016 - L'HOMME Erik    2 Commentaires

A comme Association – T8 : Le regard brûlant des étoiles – Erik L’HOMME

  • Titre : Le regard brûlant des étoiles
  • Série : A comme Association
  • Auteur : Erik L’HOMME
  • Public : Adolescents
  • Edition : Gallimard Jeunesse/Rageot Editeur
  • Parution : 18 octobre 2012
  • Pages : 384

 

Le regard brûlant des étoiles

 

Quatrième de couverture

PRENOM : Jasper

AGE : 15 ans

DESCRIPTION : grand, maigre, peau blafarde et yeux charbons

PROFESSION : agent stagiaire à l’Association et lycéen (à ses heures perdues)

SIGNES PARTICULIERS : pratique la magie, et joue de la cornemuse dans un groupe de rock médiéval

AIME : les jeux de mots, Donjons et Dragons et l’agent stagiaire Ombe

MISSION : découvrir qui il est vraiment et finir en beauté

Mon avis

*Attention, cette chronique contient des spoilers pour ceux qui n’auraient pas lu les tomes précédents !*

J’ai trouvé ce dernier tome tout simplement magique ! D’abord de part la couverture, avec ses mouchetures brillantes, mais aussi de part l’intrigue qui clôt à merveille la série.

Fulgence, le directeur de l’Association, a ouvertement demandé à ce que Jasper lui soit livré… ce que Walter et Mlle Rose ont refusé. Ce tome constitue donc l’affrontement final où l’on trouvera réponses à toutes nos interrogations. Certaines hypothèses se confirment, certaines révélations nous surprennent. On retrouve d’ailleurs tous les personnages qu’on avait croisés dans les sept premiers tomes, les bons comme les méchants ! Et on se rend compte que chaque détail de chacun des tomes précédents n’était là que pour préparer ce final magnifique. Je tiens à saluer le travail des auteurs car rien ne manque et ce dénouement est parfaitement maîtrisé.

Je regrette une seule chose : j’ai eu du mal à comprendre pourquoi Jasper a choisi de quitter la bataille au début du roman. Certes les choses qu’il avait à faire avaient leur importance, mais plus que la vie de ses amis ? C’est la seule petite incohérence que j’ai pu relever dans ce tome.

J’ai apprécié le rythme de ce tome. Selon les chapitres, on suit différents personnages, ce qui nous permet d’alterner entre action, passages plus émouvants et révélations.

Le style est toujours aussi plaisant, avec les jeux de mots qui émaillent le récit. J’ai beaucoup apprécié quand Jasper a confondu « se mettre au vert » et « se mettre aux vers » !

En conclusion, j’ai apprécié la série A comme Association, du début à la fin. Ce dernier tome clôt à merveille la saga en répondant à toutes nos interrogations. Ce tome est émouvant, magique… et démoniaque !

Ma note : 9/10.

 

La série « A comme Association » :
La pâle lumière des ténèbres Les limites obscures de la magie L'étoffe fragile du monde Le subtil parfum du soufre Là où les mots n'existent pas
Ce qui dort dans la nuit Car nos coeurs sont hantés Le regard brûlant des étoiles

 

Challenge Fin de série Challenge Finis ce que tu as commencé

 

21 août 2016 - TOMA Rei    Aucun commentaire

L’arcane de l’aube – T2 – Rei TOMA

  • Titre : L’arcane de l’aube 2
  • Série : L’arcane de l’aube
  • Auteur : Rei TOMA
  • Traduction : Satoko INABA
  • Public : Adolescents
  • Edition : Kazé
  • Parution : 9 juin 2011
  • Pages : 185

L'arcane de l'aube 2

 

Quatrième de couverture

Caesar, bien décidé à se comporter en mari avec Nakaba, essaye de la séduire en la comblant de cadeaux. C’était sans compter le caractère singulier de la jeune fille qui ne se laisse pas émouvoir par le faste des présents du prince. C’est alors qu’un événement singulier va rapprocher les deux époux, mettant Nakaba face à un cruel dilemme entre sa loyauté envers Loki et ses sentiments naissants pour Caesar….

Mon avis

Le premier tome terminé, j’ai enchaîné avec le second, qui m’a tout autant plu que le premier. Ce tome m’a surprise car les personnages Loki et Caesar nous révèlent certaines facettes qui l’on ne soupçonnait pas jusque-là !

Caesar commence à éprouver des sentiments pour Nakaba. Il délaisse son masque méprisant pour tenter de faire plaisir à Nakaba. Ses gestes maladroits mais attendrissants l’ont fait immédiatement remonter dans mon estime !

Et c’est tout le contraire pour Loki, qui se montre froid et calculateur dans ce tome. Bref, du coup je ne sais plus qui est mon préféré !

Le triangle amoureux se développe largement dans ce tome. Nakaba est prise de doutes et je trouve que son état d’esprit est très bien rendu par le graphisme et la mise en page.

L’intrigue prend de la consistance par rapport au premier tome : Caesar échappe de justesse à plusieurs tentatives d’assassinat. Le dénouement a su me surprendre et me ravir !

Concernant le format, je m’habitue doucement aux dessins, mais j’ai encore du mal, notamment parce que les bulles ne sont pas reliées aux personnages. Parfois, il me faut quelques secondes pour comprendre quelle tirade attribuer à quel personnage. Et puis je confonds les personnages, notamment Caesar et Loki. Je ne suis pas vraiment observatrice et pour moi, ils ont tous la même tête !

En conclusion, j’ai trouvé ce second tome aussi bon que le premier, voir même meilleur car l’intrigue devient plus intéressante et les personnages nous surprennent.

Ma note : 8,5/10.

 

La série « L’arcane de l’aube » :
L'arcane de l'aube 1 L'arcane de l'aube 2 L'arcane de l'aube 3 L'arcane de l'aube 4 L'arcane de l'aube 5
L'arcane de l'aube 6 L'arcane de l'aube 7 L'arcane de l'aube 8 L'arcane de l'aube 9 L'arcane de l'aube 10
L'arcane de l'aube 11 L'arcane de l'aube 12 L'arcane de l'aube 13

19 août 2016 - TOMA Rei    Aucun commentaire

L’arcane de l’aube – T1 – Rei TOMA

  • Titre : L’arcane de l’aube 1
  • Série : L’arcane de l’aube
  • Auteur : Rei TOMA
  • Traduction : Satoko INABA
  • Public : Adolescents
  • Edition : Kazé
  • Parution : 28 avril 2011
  • Pages : 183

L'arcane de l'aube 1

 

Quatrième de couverture

Nakaba, princesse de sang royal, est envoyée en pays ennemi accompagnée de son unique serviteur, Loki, afin d’épouser leur prince et ainsi garantir la paix entre les deux royaumes.

Rencontrant son mari pour la première fois le jour de son mariage, la jeune fille, malgré sa grande beauté, est tout de suite rejetée par son époux du fait de sa chevelure rousse, apanage des gens du peuple, alors que les rois se targuent d’une crinière d’ébène.

Dans cet environnement hostile où les intrigues de cour peuvent être fatales, l’étrange pouvoir qui sommeille en Nakaba émerge doucement…

Mon avis

Ce premier tome de L’Arcane de l’aube est mon tout premier manga, conseillé par une amie fan de ce format. Globalement, j’ai apprécié l’histoire, mais la présentation m’a parfois donné du fil à retordre !

Je commence par vous parler de l’histoire. Nakaba, princesse aux cheveux roux, alors que la famille royale présente toujours des cheveux d’ébène, est offerte en mariage à Caesar, le prince du royaume voisin et ennemi, en gage de paix. Sa chevelure rousse lui apporte le dédain de son mari et de tout le peuple.

J’ai apprécié l’intrigue, qui commence sans attendre. On s’attache très rapidement à Nakaba, une jeune femme qui a dû devenir forte pour survivre aux humiliations qui sont son quotidien. Avec Caesar, j’ai eu plus de mal ! Il manque clairement de respect à Nakaba et il ne fait pas grand chose pour nous attendrir. Pour l’instant, il passe un peu pour le méchant de l’histoire. Il est à la fois autoritaire et mollasson, on dirait qu’il ne sait pas ce qu’il veut. Au début du manga, Nakaba lui donne une claque car il lui a tiré les cheveux. Il n’a quasiment aucune réaction alors que deux pages avant, il lui disait de but en blanc qu’il pouvait la faire tuer si le désir lui en venait. Je trouve ce personnage un peu étrange et peu réaliste dans ses réactions.

Il y a un troisième personnage dont je n’ai pas encore parlé : Loki, un demi-humain au service de Nakaba. Il est loyal envers sa maîtresse et est prêt à tout pour elle. Je me suis immédiatement attachée à ce personnage.

L’univers de ce manga est fantastique, même si ce thème est encore discret dans ce tome. On trouve des personnages mi-homme mi-animal, comme Loki… mais également l’étrange pouvoir de Nakaba qui se réveille doucement.

Comme c’est le premier manga que je lis, je n’ai aucun élément de comparaison et je ne connais pas du tout l’univers des animés. Concernant la présentation graphique, j’ai été gênée quand on changeait de lieux ou de moment car le changement n’est pas aussi marqué que dans les romans par exemple. Ça m’a surprise plus d’une fois et il m’a fallu quelques secondes pour comprendre le changement.

Par ailleurs, j’ai l’impression que tout va trop vite : on ne prend pas assez de temps pour apprendre à connaître les personnages. Mais bon, je pense que c’est le format manga qui veut ça !

En conclusion, j’ai apprécié ce manga car l’histoire et les personnages (sauf Caesar !) m’ont plu. Le format manga ne m’a pas déplu, mais il me faudra un temps d’adaptation pour être à l’aise avec le sens de lecture et la mise en page !

Ma note : 8,5/10.

 

 

La série « L’arcane de l’aube » :
L'arcane de l'aube 1 L'arcane de l'aube 2 L'arcane de l'aube 3 L'arcane de l'aube 4 L'arcane de l'aube 5
L'arcane de l'aube 6 L'arcane de l'aube 7 L'arcane de l'aube 8 L'arcane de l'aube 9 L'arcane de l'aube 10
L'arcane de l'aube 11 L'arcane de l'aube 12 L'arcane de l'aube 13

 

Challenge Les 170 idées

Imitation – The Harvard Lampoon

  • Titre : Imitation, une parodie
  • Auteur : The Harvard Lampoon
  • Traducteur : Paola Appelius
  • Illustration : LAPAO
  • Public : Adolescents
  • Edition : Castelmore
  • Parution : 3 décembre 2010
  • Nombre de pages : 160

 

Imitation

 

Quatrième de couverture

Les vampires vous fascinent ? N’hésitez plus, laissez-vous tenter !

Quand Belle arrive dans son nouveau lycée, elle tombe sous le charme ravageur d’Ebouard, un geek hypersexy. En plus, c’est sûr, c’est un vampire: il ne mange pas ses frites à la cantine et la neige… fond sur lui.

Mais comment, oh oui, comment faire pour le convaincre de la mordre et de faire d’elle son amour éternel ?

Mon avis

Ce roman est une parodie du premier tome de la série Twilight. C’est ainsi que Belle, exilée de Phoenix pour Trifouillisville où vit son père, rencontre Ebouard Cullet (j’adore le nom !), un geek vampire !

Mon avis a beaucoup évolué tout au long de ma lecture. Sur les trente premières pages, j’ai été charmée. Les auteurs connaissent bien leur sujet et reprennent des détails précis des livres et films originaux pour les tourner en ridicule. C’est ainsi que le petit cactus qu’elle emmène avec elle quand elle part de Phoenix devient « une moisissure en pot » ! Il y a également des allusions aux tomes suivants (même si celui-ci ne reprend que le premier tome de la série) : « Imagine un peu ce qui se passerait si ce garçon était obligé de te quitter ! Je vois d’ici de pleines pages blanches avec seulement le nom des mois qui défilent ». Bref, au début, j’ai adoré rechercher tous ces petits clins d’œil !

Mais rapidement, je me suis lassée car c’était toujours la même chose. Et puis les exagérations étaient toujours plus grosses. La maladresse de Belle est d’ailleurs l’un des sujets favoris des auteurs : « En le sortant du placard, je lançai malencontreusement le premier bol dans les pales du ventilateur au plafond ». Si tout cela me faisait sourire au début, comme ce sont toujours les mêmes choses qui reviennent, j’ai commencé à en avoir un peu marre. À ce moment-là, savoir qu’il n’y avait que 160 pages en tout m’a rassurée !

J’ai eu du mal à comprendre certaines allusions. Par exemple : « J’étais certaine d’une chose : je n’empêcherais pas cette sangsue de faire son boulot. Je n’allais pas décourager les bonnes volontés, ce serait ma contribution à la relance de l’économie. J’ouvris donc la fenêtre en grand et retournai me coucher ». En quoi se faire mordre par un vampire va pouvoir relancer l’économie ? Je n’ai pas compris. Qu’on m’explique si quelqu’un sait !

Le milieu de ce roman m’a lassée également parce qu’on collait trop à l’histoire d’origine. Ce sont les même personnages (les noms changent seulement), les mêmes événements… et même si tous sont tournés en ridicule, ça manquait de suspens, d’inconnu, de surprise !

Heureusement, la fin du roman m’a comblée car on s’éloigne enfin de l’histoire d’origine. Je ne vous en dirai pas plus, mais j’ai apprécié ne pas savoir d’avance comment allait se terminer le roman et j’ai apprécié les quelques révélations découvertes à la fin.

En conclusion, j’ai globalement apprécié cette parodie. Je déplore simplement qu’il nous faille tourner autant de pages avant d’arriver à une histoire originale qui sache nous surprendre. Deux autres parodies des mêmes auteurs sont parues en France (The Lord of the Ringard et Hamburger Games), j’aimerais bien les découvrir !

Ma note : 6,5/10.

 

Challenge Les 170 idées

Pages :1234567...38»