Catégorie "AUSTEN Jane"
19 février 2016 - AUSTEN Jane    Aucun commentaire

Orgueil et préjugés – Jane AUSTEN

  • Titre : Orgueil et préjugés
  • Auteur : Jane AUSTEN
  • Traducteur : Valentine LECONTE et Charlotte PRESSOIR
  • Public : Tout public
  • Edition : ültim
  • Parution : 17 Septembre 2014
  • Nombre de pages : 411

Orgueil et Préjugés

 

Quatrième de couverture

En Angleterre, dans la société provinciale guindée, fière de ses privilèges et de son rang social, Mrs. Bennett, mère de cinq filles, veut à tout prix les marier… Elle n’hésite pas à faire la cour à son nouveau voisin, Mr. Bingley, jeune homme riche qu’elle aurait aimé donner comme époux à sa fille aînée Jane. S’ébauche une idylle entre Jane et Mr. Bingley, qui pourrait bien aboutir à un mariage. Elisabeth, sœur cadette de Jane, se réjouit de cet amour naissant. Mais c’est sans compter le dédain et la méfiance de l’ami intime de Bingley, Mr. Darcy qui, n’appréciant pas les manières de Mrs. Bennett et de ses filles, empêche Bingley de se prononcer. Elisabeth de tempérament fort et franc, consciente de la valeur et du mérite de son milieu, affronte Mr. Darcy…

Mon avis

J’entends parler de d’Orgueil et préjugés depuis un bon bout de temps. Les réécritures et les romans s’en inspirant pullulent. J’avais donc très envie de découvrir cette romance dont tout le monde parle et ainsi parfaire ma culture littéraire.

Le roman nous plonge dans l’atmosphère du XIXème siècle. L’édition ayant conservé un langage désuet dans la traduction, il est très facile de s’immerger dans cette époque où les apparences et les convenances font loi. Mrs Bennet a cinq filles à marier et désespère trouver un époux pour chacune d’entre elles.

La narration se fait du point de vue d’Elizabeth, la seconde des filles. J’ai apprécié ce personnage. Elizabeth est forte, intelligente et sûre d’elle. Elle vit pour ses idées et non pour respecter des convenances. J’ai apprécié sa liberté de pensée, qui la rapproche des femmes de notre siècle.

De nombreux personnages secondaires gravitent autour d’elle. Jane AUSTEN les décrit de manière particulièrement pessimiste et moqueuse : la mère d’Elizabeth, prête à n’importe quel excès pour marier ses filles ; ses jeunes sœurs Kitty et Lydia, frivoles au possible ; son cousin Mr Collins, ridicule et un peu benêt… Tous sont finalement préoccupés par leurs apparences, par les commérages sur les autres, par les convenances, par l’argent et le statut social… Si cette critique de la société bourgeoise a réussi à de nombreuses reprises à me faire sourire, elle a pour conséquence de rendre tous ces personnages secondaires peu appréciables et il n’est pas évident de progresser dans un livre où l’on peine à apprécier les personnages secondaires.

J’ai trouvé l’histoire assez longue à démarrer. Au début du roman, ce sont surtout les intrigues secondaires qui sont mises en avant : la romance naissance entre Jane et Mr Bingley ; l’arrivée du cousin, Mr Collins ; les aventures frivoles de Lydia… L’intrigue principale met du temps à arriver et je me suis parfois ennuyée sur la première moitié du roman.

Mon intérêt pour Orgueil et préjugés est finalement arrivé dans le dernier tiers du roman, lorsqu’Elizabeth se rend compte qu’elle avait mal jugé Mr Darcy. Les pages se sont alors tournées avec bien plus de facilité et j’ai bien plus apprécié ma lecture. Profitons-en pour parler de ce si célèbre Mr Darcy. Après avoir tant entendu parler de lui, je m’attendais à un personnage bien plus charismatique. Il m’a au final paru assez fade. Ses apparitions ne m’ont fait ni chaud ni froid. C’est bien dommage !

En conclusion, mon avis est assez partagé. Si j’ai apprécié l’atmosphère, la satire des personnages et la forte personnalité de l’héroïne, j’ai trouvé le début du roman un peu trop ennuyeux et l’intrigue principale met bien trop de temps pour démarrer. C’est un roman qui a des qualités indéniables, mais je n’ai pas ressenti en lisant l’engouement fébrile que ressentent d’autres.

Ma note : 8/10.

 

Challenge Top 50