Catégorie "BLAKLEY-CARTWRIGHT Sarah"

Le Chaperon Rouge – Sarah BLAKLEY-CARTWRIGHT

  • Auteur : Sarah BLAKLEY-CARTWRIGHT
  • Titre : Le Chaperon Rouge
  • Traducteur : Arnaud REGNAULD
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Michel Lafon
  • Parution : VO : 2011, VF : 2011
  • Nombre de pages : 344

Le chaperon rouge

Quatrième de couverture

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri. Et la peur rôde…

Depuis la mort de sa sœur, la plus douce des jeunes filles, Valérie est inconsolable. Henry, le superbe fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le cœur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes loin du cocon familial.

Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise depuis des années vit parmi eux. Tout le monde devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang coule… et que tous ceux qu’elle aime disparaissent.

Mon avis

Il y a trois ans, j’avais été voir le film du même nom et je l’avais beaucoup apprécié. Je m’étais alors dit qu’il faudra que je lise aussi le livre. Les années ont passé, mais j’ai enfin trouvé l’occasion de le faire !

Pour une fois, ce n’est pas le livre qui a inspiré le film, mais le livre qui a été écrit d’après le livre. J’avais donc très envie de découvrir ce que ça pouvait donner !

Comme le laisse supposer le titre, il s’agit d’une réécriture originale du conte du petit chaperon rouge. L’intrigue reste assez proche du conte pour qu’on puisse en reconnaître des éléments : on a un loup, une forêt, un petit chaperon rouge et une grand-mère. Mais le scénario propose aussi de nombreuses originalités par rapport au conte : il ne s’agit pas d’un simple loup mais d’un loup-garou.

Par ailleurs, nous sommes bien loin de l’atmosphère enfantine et moralisatrice du conte. L’atmosphère du livre est très sombre et presque angoissante. Les villageois savent que l’un d’entre eux est le loup et tous sont suspectés au moins à un moment. J’ai beaucoup aimé ce suspens assez lourd, ou chacun de méfie des autres. Pour ma part, j’ai suspecté bien des personnages, mais je n’avais pas trouvé qui était vraiment le loup avant qu’il ne soit découvert.

Une partie du roman se concentre sur le triangle amoureux entre Valérie, alias le chaperon rouge, Peter et Henry. J’ai beaucoup aimé le personnage de Valérie. Elle est différente des jeunes filles de son âge qui ne sont intéressées que par les garçons. Elle est plus réservée et plus solitaire. Toute petite, elle passait ses journées avec Peter et maintenant qu’ils sont adultes, des sentiments sont nés entre eux. Peter aussi m’a beaucoup plu : il est déchiré entre son amour pour Valérie et le fait qu’il est pauvre et méprisé par les villageois. Valérie n’a aucun avenir avec lui alors qu’elle pourrait être heureuse avec Henry, son fiancé si riche. J’ai moins aimé Henry : il est peureux et un peu trop fade.

Ce livre est très fidèle au film. Le début du livre est un peu plus développé par rapport au film, mais ils restent très semblable et très bon tous les deux.

En conclusion, j’avais adoré le film et j’ai adoré le livre qui lui est très semblable. J’ai aimé l’atmosphère sombre où chaque villageois pourrait être le loup. Si vous ne connaissez pas encore cette réécriture du conte, je vous la conseille très vivement !

Ma note : 9/10.

 

 

Les 170 idées Idée 59 : un chapeau, une casquette, un bandana ou autre chose qu’on peut porter sur la tête (un chaperon)