Catégorie "BOTTERO Pierre"
2 février 2016 - BOTTERO Pierre    4 Commentaires

Le Pacte des Marchombres – T1 : Ellana – Pierre BOTTERO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : Ellana
  • Série : Le Pacte des Marchombres
  • Illustration : Alain BRION
  • Public : Jeunesse
  • Edition : Le livre de poche
  • Parution : 10 mars 2010
  • Nombre de pages : 416

Ellana

Quatrième de couverture

Seule survivante d’un groupe de pionniers après l’attaque de leur caravane par des Raïs, au nord de l’Empire, une fillette est recueillie par le peuple des Petits. Elle grandit dans la Forêt Maison à l’écart des hommes et décide, à l’adolescence, de partir en quête de ses origines. En chemin, sous le nom d’Ellana, elle croise le plus grand des Marchombres, le maître Jilano Alhuïn, qui la prend pour élève et l’initie aux secrets de sa guilde. Son apprentissage est semé d’embûches mais aussi de rencontres et d’inimitiés.

Mon avis

J’ai déjà lu la trilogie du Pacte des Marchombres il y a quelques années. Pour faire suite à la relecture de la Quête et des Mondes d’Ewilan, je me suis replongée dans cette série que j’avais adorée.

Comme le nom de ce roman l’indique, cette trilogie est consacrée au personnage d’Ellana. Et ce premier tome relate sa vie bien avant sa rencontre avec Ewilan.

J’avais adoré le personnage d’Ellana dans la quête d’Ewilan. Elle reste au final très mystérieuse : on n’en sait que très peu sur elle et sur son passé. Ce roman nous apporte toutes ces réponses… et bien plus !

Comme dans chaque roman de Pierre BOTTERO, ce que je préfère, ce sont les personnages, toujours charismatiques et remarquables dans leur personnalité et leurs qualités. Ellana est courageuse et volontaire, travailleuse et curieuse. C’est une jeune fille puis une femme forte et décidée.

Le second personnage principal est le marchombre Jilano. C’est un homme sévère, mais juste et droit. Je l’apprécie tout particulièrement.

Un autre personnage prend de l’importance, même s’il n’arrive qu’en deuxième partie du roman : Nilhem, un autre apprenti marchombre. Son caractère à lui est bien plus difficile à saisir car il nous surprend parfois, mais il n’en reste que plus intéressant !

Ce tome est aussi l’occasion d’en découvrir plus sur l’univers des marchombres … et des mercenaires du Chaos, leurs principaux ennemis. J’ai apprécié découvrir aux côtés d’Ellana le long parcours, souvent semé d’embuches, pour devenir marchombre.

La plume de Pierre BOTTERO est comme toujours sublime, riche et poétique, bref, magique !

Petite information pour ceux qui n’ont pas lu les deux trilogies consacrées à Ewilan, il est bien sûr possible de commencer directement par cette trilogie car des rappels sont faits et elle peut se suffire à elle-même. Mais à mon sens, pour l’apprécier pleinement, il est préférable de commencer par les trilogies consacrées à Ewilan.

En conclusion, j’ai été autant happée par ce roman qu’à la première lecture. On est immédiatement charmé par l’écriture de l’auteur, par ses personnages exceptionnels et par la magie de l’univers des marchombres. Bref, c’est un roman que je ne peux que vous conseiller.

Ma note : 8,5/10.

 

La série « La Quête d’Ewilan » :
D'un monde à l'autre Les frontières de glace Lîle du destin

La série « Les Mondes d’Ewilan » :
La forêt des captifs L'oeil d'Otolep Les tentacules du mal

La série « Le Pacte des Marchombres » :
Ellana L'envol La prophétie

 

Les 170 idées Challenge Top 50

25 janvier 2016 - BOTTERO Pierre    Aucun commentaire

La quête d’Ewilan – T1 : D’un monde à l’autre

  • Titre : D’un monde à l’autre
  • Série : La quête d’Ewilan
  • Scénariste : Lylian
  • Dessinateur : Laurence BALDETTI
  • Coloriste : Loïc CHEVALIER
  • D’après le roman de Pierre BOTTERO
  • Public : Jeunesse
  • Edition : Glénat
  • Parution : 16 octobre 2013
  • Nombre de pages : 72

La quête d'ewilan

 

Quatrième de couverture

La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là, des créatures menaçantes, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité.

Mon avis

Pour les besoins du challenge Top 50, il me fallait lire une BD. C’est un format dont je n’ai absolument pas l’habitude et je n’étais pas très emballée quand je me suis retrouvée devant le rayon BD de la médiathèque de ma ville. Je suis assez vite tombée sur cette bande dessinée, qui m’a parue comme un îlot au milieu d’un océan d’inconnu ! J’ai été curieuse de découvrir comment l’œuvre de Pierre BOTTERO rendait en bande dessinée.

Le texte est très très fidèle au roman original, j’ai même reconnu la tournure de plusieurs phrases. Je me permets donc de ne pas m’étendre sur l’intrigue car j’en ai déjà donné mon avis ici.

Pour moi qui n’ai pas l’habitude de ce genre de lecture, la première chose qui m’a surprise, c’est la rapidité à laquelle on arrive à la fin. À peine une vingtaine de minutes pour la terminer. Du coup j’ai eu l’impression que tout allait très (trop ?) vite. Comme je connais déjà l’histoire et l’univers, je n’ai eu aucun mal à me plonger dans cette atmosphère, mais avec une autre histoire que je n’aurais pas connue à l’avance, je pense que j’aurais eu du mal à accrocher.

Les dessins m’ont bien plus. C’est à la fois pas trop chargé et bien coloré, je les ai trouvés très agréables. J’ai été surprise à plusieurs reprises par la manière dont étaient représentés certains personnages ou certains lieux. Ce qui m’a le plus frappée, c’est Duom. Je ne sais plus comment il est décrit par Pierre BOTTERO, mais je m’était imaginé un petit homme rondouillet et voûté ; j’ai donc été surprise de découvrir un grand dégingandé qui ne fait pas si vieux que ça si on fait exception de ces cheveux gris. Bjorn m’a également surprise : je l’imaginais brun et un peu rond, il est ici blond et maigre comme un clou ! Ça m’a fait plutôt sourire ! Comme quoi on a tous des visions bien différentes des mêmes choses !

En conclusion, je ne suis pas sûre d’avoir été très objective dans cette chronique puisque c’est l’une de mes premières bandes dessinées et je n’ai pas de point de comparaison. J’ai apprécié l’expérience, mais je doute de la renouveler un jour, je n’ai pas apprécié le format, bien trop rapide. Et puis, c’est plus agréable de tenir dans ces mains un livre format poche qui va durer plusieurs heures plutôt que ce grand livre pas pratique à manipuler quand on lit au lit et qui ne nous offre que vingt minutes d’aventure.

Ma note : 7,5/10.

 

Challenge Top 50 Challenge Les 170 idées

23 décembre 2015 - BOTTERO Pierre    Aucun commentaire

Le Chant du Troll – Pierre BOTTERO – Gilles FRANCESCANO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : Le chant du troll
  • Illustrateur : Gilles FRANCESCANO
  • Public : Jeunesse
  • Edition : Rageot
  • Parution : 20 octobre 2010
  • Nombre de pages : 206

Le chant du troll

Quatrième de couverture

– Psssst ! Est-ce que tu es prête ?
– Je ne sais pas de quoi tu parles. Prête pour quoi ?
– Le basculement a débuté…

Quand Léna sort de chez elle pour aller à l’école, le ciel a des couleurs étranges. Une fleur pourpre émerge d’une fissure sur un mur de l’école. Perché sur une branche, un petit être l’interpelle. C’est un Sprite, qui l’avertit que le basculement a commencé et que deux forces vont s’affronter. Bientôt la nuit gagne sur le jour. Un troll apparaît. Des meutes d’animaux monstrueux envahissent le monde. Afin de les arrêter, Léna devra découvrir qui sont ses alliés pour vaincre Leucémia…

Mon avis

J’ai adoré tous les romans que j’ai lus de Pierre BOTTERO et ça faisait longtemps que j’entendais parler en bien de ce roman. Un emprunt à la médiathèque m’a donc permis de le découvrir.

J’ai d’abord été agréablement surprise par la présentation du livre : chaque page de texte est illustrée par de merveilleux dessins. On a l’impression de retomber en enfance, c’est juste magique ! Mais rassurez-vous, même si le roman est assez court et orienté jeunesse, le Chant du Troll est loin d’être un livre pour enfants et est parfaitement accessible aux adultes !

L’histoire commence de manière assez attendue pour du Pierre BOTTERO : une jeune héroïne, peu épanouie dans sa vie quotidienne, découvre peu à peu l’existence d’un monde imaginaire. Par contre, le dénouement était parfaitement imprévu et m’a beaucoup émue. Bien évidemment, tout cela nous est conté dans un style très poétique qui est presque enchanteur !

Les illustrations sont splendides et retranscrivent à la perfection la magie et les sentiments que nous inspire ce roman. Elles apportent un véritable plus au roman, mélangeant avec talant la naïveté et la gravité qui émane de ce récit.

Comme toujours avec Pierre BOTTERO, ce roman contient de nombreux clins d’œil à ses œuvres précédentes, donnant l’impression d’une seule œuvre globale. C’est avec plaisir que j’ai guetté ces petites références !

En conclusion, ce roman graphique est tout simplement sublime de part ses illustrations féériques, son style à la fois poétique et percutant et son récit profondément touchant. C’est à mon sens une parfaite réussite et je le recommande très vivement, aux jeunes comme aux moins jeunes !

Ma note : 9,5/10.

9 août 2015 - BOTTERO Pierre    Aucun commentaire

A comme Association – T4 : Le subtil parfum du soufre – Pierre BOTTERO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : Le subtil parfum du soufre
  • Série : A comme Association
  • Public : Adolescent
  • Edition : Gallimard Jeunesse/Rageot Editeur
  • Parution : 2011
  • Nombre de pages : 180

Le subtil parfum du soufre

Quatrième de couverture

PRENOM : Ombe

AGE : 18 ans

DESCRIPTION : cheveux blonds et courts en pétard, yeux bleus, allure sportive

PROFESSION : agent stagiaire à l’Association et étudiante (officiellement)

SIGNES PARTICULIERS : incassable

AIME : sa moto, tabasser un bon gros monstre, qu’on lui fiche la paix

MISSION : sauver la vie du loup-garou et éviter d’en tomber amoureuse

Mon avis

*Attention, cette chronique peut contenir des spoilers pour ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents !*

Tout comme les précédents, ce tome est tout simplement génialissime ! Nous suivons Ombe cette fois-ci, et l’action se passe en même temps que celle du tome 3. D’ailleurs, la première et la dernière scènes sont communes aux deux tomes, bien que narrées de points de vue différents.

Grâce au tome 3, nous savions qu’Ombe était dans une situation très délicate… mais nous ignorions laquelle ! J’ai eu plaisir à découvrir enfin ce qui lui arrivait ! J’apprécie énormément le suspens que créent cette narration et cette chronologie partagées.

Nous découvrons avec bien plus de profondeur le personnage d’Ombe dans ce tome. Nous l’avions découverte incassable dans le deuxième, elle nous montre ici d’autres facettes d’elle-même que nous n’avions pas soupçonnées. J’aime de plus en plus ce personnage, qui est fort mais juste ce qui faut, qui est drôle et qui a du cran.

L’intrigue dans ce tome, n’est pas des plus exceptionnelles car elle est assez simpliste, mais l’histoire d’Ombe est si touchante et si fascinante que ce détail est totalement oublié et l’on ne s’ennuie pas une seconde. D’autant plus que certains détails nous amènent à découvrir une intrigue bien plus importante qui commence à relier chacune des diverses intrigues des tomes précédents entre elles. On comprend que le maillage s’enrichie et s’emmêle de plus en plus ! J’ai hâte d’avancer dans la série pour en savoir un peu plus !

Un dernier mot sur la fin du tome qui est tout particulièrement émouvante : Jasper et Ombe, en paix, filent à toute vitesse dans les rues désertes de Paris… Le petit mot d’Erik L’HOMME à la fin du livre l’est encore plus et nous rappelle que Pierre BOTTERO a perdu la vie dans un accident de moto peu de temps après avoir terminé l’écriture de ce tome. C’est donc sur une touche émotionnelle importante que ce termine ce tome.

En conclusion, j’ai trouvé ce quatrième tome excellent car il mêle avec habileté des passages d’action et des passages bien plus touchants, cela grâce à une plume poétique tout simplement exceptionnelle. La lecture de la suite est bien évidemment prévue pour très bientôt !

Ma note : 9/10.

 

 

La série « A comme Association », co-écrite avec Erik L’HOMME :
La pâle lumière des ténèbres Les limites obscures de la magie L'étoffe fragile du monde Le subtil parfum du soufre
Là où les mots n'existent pas Ce qui dort dans la nuit Car nos coeurs sont hantés Le regard brûlant des étoiles

 

Challenge Les 170 idées Challenge Fin de série

5 juillet 2015 - BOTTERO Pierre    Aucun commentaire

A comme Association – T2 : Les limites obscures de la magie – Pierre BOTTERO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : Les limites obscures de la magie
  • Série : A comme Association
  • Illustrateur : Didier GATEPAILLE
  • Public : Adolescent
  • Edition : Gallimard Jeunesse/Rageot Editeur
  • Parution : 2010
  • Nombre de pages : 192

Les limites obscures de la magie

Quatrième de couverture

PRENOM : Ombe

AGE : 18 ans

DESCRIPTION : cheveux blonds et courts en pétard, yeux bleus, allure sportive

PROFESSION : agent stagiaire à l’Association et étudiante (officiellement)

SIGNES PARTICULIERS : incassable

AIME : sa moto, tabasser un bon gros monstre, qu’on lui fiche la paix

MISSION : faire l’effet d’une bombe sur gobelins et trolls

Mon avis

Je poursuis ma relecture des premiers tomes de cette saga, pour enchaîner ensuite avec les tomes 7 et 8 que je n’ai pas encore lus. Bien que je connaisse déjà l’histoire, je ne me lasse absolument pas de cette relecture car la série « A comme Association » est tout simplement génialissime !

Si les tomes signés de la main d’Erik L’HOMME ont pour héros Jasper, ceux de la main de Pierre BOTTERO mettent en scène comme personnage principal Ombe, une jeune femme indépendante au caractère bien trempé ! J’ai immédiatement adoré sa personnalité. Orpheline qui est passée de famille d’accueil en famille d’accueil, Ombe a appris à ne compter que sur elle-même et à ne faire confiance à personne. Elle est forte, autonome… et a la fâcheuse tendance à tout régler avec quelques baffes ! Bref, je l’adore !

Ce que j’apprécie énormément dans cette série, c’est que les tomes 1 et 2 se passent au même moment. Nous retrouvons donc dans ce second tome toutes des interactions que Jasper et Ombe avaient eues dans le premier tome, mais du point de vue d’Ombe cette fois-ci. Je trouve cette double narration assez sympathique et malgré ce que l’on pourrait craindre, il n’y a aucune redite.

La construction de ce tome est assez étrange car on a l’impression d’avoir en réalité affaire à deux tomes. En effet, Ombe a une première mission, qu’elle réussit, même si la discrétion imposée par Walter n’a pas réellement été respectée. Puis on lui donne une seconde mission, sans lien apparent avec la première (ou peut-être découvrirons-nous ce lien que bien plus tard…). Bref, c’est un peu étrange mais au final, ça ne m’a en rien gênée dans cette lecture car seul le fait de suivre Ombe et ses frasques suffit à nous tenir en haleine !

Un dernier mot pour parler du style de Pierre BOTTERO, toujours aussi poétique, fluide et rempli d’humour. C’est très agréable à lire.

En conclusion, ce tome 2 est complètement addictif grâce à un personnage principal si charismatique, son humour, sa narration si particulière et un style absolument sans reproche. Je ne peux que vous conseiller cette saga si vous ne la connaissez pas encore.

Ma note : 9/10.

 

La série « A comme Association », co-écrite avec Erik L’HOMME :
La pâle lumière des ténèbres Les limites obscures de la magie L'étoffe fragile du monde Le subtil parfum du soufre Là où les mots n'existent pas
Ce qui dort dans la nuit Car nos coeurs sont hantés Le regard brûlant des étoiles

 

gourmand 3 Challenge Fin de série

Top 50

9 janvier 2015 - BOTTERO Pierre    Aucun commentaire

Les Mondes d’Ewilan – T3 : Les tentacules du mal – Pierre BOTTERO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : Les tentacules du mal
  • Série : Les mondes d’Ewilan
  • Illustration : Jean-Louis THOUARD
  • Public : Jeunesse
  • Edition : Rageot
  • Parution : 2005
  • Nombre de pages : 320

Les tentacules du mal

Quatrième de couverture

Ewilan et ses compagnons poursuivent leur périple vers Valingaï avec une triple mission : rendre Illian à sa famille, retrouver Altan et Élicia Gil’ Sayan et anéantir la méduse qui s’étend dans l’Imagination. Ils traversent avec difficulté le désert Ourou et gagnent Hurindaï, une cité qui ne tarde pas à être attaquée et détruite par les armées de Valingaï. Les Alaviriens échappent de peu à la mort et reprennent leur voyage. C’est à Valingaï, sur le sable des arènes, que le destin d’Ewilan, celui de ses amis, d’Éléa Ril’ Morienval et de la méduse, se croiseront une dernière fois dans une confrontation sans pitié. Une confrontation où la lumière sera faite sur le passé et où se jouera l’avenir du monde.

Mon avis

*Attention, cette chronique contient des spoilers pour ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents !*

Ce qu’il y a d’étonnant avec la saga des Mondes d’Ewilan, c’est qu’on peut la relire autant de fois qu’on veut, elle reste toujours aussi magique et captivante. Bien que je connaisse déjà l’histoire, je redécouvre à chaque fois toutes les émotions des personnages. C’est extraordinaire !

Ce qui est tout particulièrement appréciable dans ce tome, c’est le rythme. L’action commence dès les premières pages et les péripéties s’enchaînent à une vitesse très soutenue. On a à peine le temps de respirer, et encore moins l’envie de lâcher le livre !

Dans ce dernier tome de la trilogie, nous découvrons un nouveau continent, un nouveau peuple et de nouvelles coutumes. Le secret du succès de Pierre BOTTERO, c’est qu’il parvient toujours à nous apporter du nouveau. Ewilan et tous ses amis découvrent donc plusieurs cités gouvernées par des rois qui ne s’entendent pas toujours. Mais depuis que le culte d’Ahmour a pris de l’ampleur, le roi de Valingaï a décidé de faire la guerre aux autres royaumes dans l’espoir de contrôler tout le continent. Nos héros arrivent donc en plein milieu d’un conflit. Ce continent nous permet aussi de découvrir une nouvelle forme de dessin : celle d’Ilian et des Valinguites.

Ce tome m’a plu car il est tout particulièrement touchant. Des personnages qu’on suivait depuis un moment vont perdre la vie, à notre plus grand regret. Certaines relations amoureuses vont s’étoffer. Pierre Bottero réussit à nous faire voyager à travers toute une palette d’émotions différentes.

Un dernier mot poir parler de la plume de l’auteur, qui est toujours aussi fluide et poétique. C’est très agréable à lire.

En conclusion, j’ai adoré ce dernier tome, comme c’était le cas à la première lecture. Il y a de l’actyion, des sentiments, du rythme, des découvertes… Bref, ce dernier tome clot à merveille la saga des Mondes d’Ewilan. Pour ma part, je compte bien poursuivre ma relecture de l’œuvre de Pierre BOTTERO avec la trilogie consacrée à Ellana.

Ma note : 9/10.

 

La série « La Quête d’Ewilan » :
D'un monde à l'autre Les frontières de glace Lîle du destin

La série « Les Mondes d’Ewilan » :
La forêt des captifs L'oeil d'Otolep Les tentacules du mal

 

Les 170 idéesIdée n°36: la foule, du monde, un rassemblement de personnes

Challenge Haut en CouleursCouleur Multicolore

Challenge Fin de série

13 septembre 2014 - BOTTERO Pierre    Aucun commentaire

Les Mondes d’Ewilan – T2 : L’œil d’Otolep – Pierre BOTTERO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : L’œil d’Otolep
  • Série : Les mondes d’Ewilan
  • Illustration : Jean-Louis THOUARD
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Rageot
  • Parution : 2005
  • Nombre de pages : 320

L'oeil d'Otolep

Quatrième de couverture

De retour à Gwendalavir, Ewilan découvre qu’une méduse aux tentacules mortels tente d’envahir l’Imagination. Alors qu’un mal sourd infecte son organisme, elle se joint à l’expédition qui part vers Valingaï afin de ramener Illian, un jeune garçon aux pouvoirs incroyables, dans sa famille. Après avoir combattu de terribles ennemis, la troupe parvient aux confins de l’Empire devant l’œil d’Otolep. Ce lac mythique aux eaux mystérieuses délivrera-t-il Ewilan du parasite mortel qui la détruit peu à peu ?

Mon avis

*Attention, cette chronique contient des spoilers pour ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents !*

Après le précédent tome qui était un peu différent des autres, nous retrouvons dans celui-ci un schéma des plus classiques : Ewilan, Salim et toute la troupe sont de nouveau réunis pour une nouvelle mission et un nouveau voyage ! Et malgré ce schéma classique, on ne s’ennuie jamais avec Pierre BOTTERO, car même si les ingrédients sont les mêmes, il parvient toujours à nous mitonner un résultat bien différent des précédents et toujours aussi agréable à découvrir !

Les parents d’Ewilan sont partis sur le nouveau continent afin de tenter d’établir des liens amicaux avec ses habitants, mais ils n’ont pas donné de nouvelles depuis plusieurs semaines. Ewilan souhaite donc les rejoindre et en profiter pour ramener le jeune garçon Illian, que nous avons découvert dans le tome précédent, auprès de son peuple.

C’est avec beaucoup de plaisir que je retrouve notre habituelle petite troupe de voyageurs dans chacun des tomes. Ils ont tous une personnalité très différente mais ils sont tous très attachants. Nous avons comme à chaque fois quelques nouveaux que je me fais un plaisir de connaître. Et de l’autre côté, nous avons quelques anciens qui ne sont pas présents pour ce voyage-ci, ce qui est bien dommage !

Les ennemis d’Ewilan sont toujours plus nombreux, tout particulièrement dans ce tome. Notre pauvre héroïne ne sait plus où donner de la tête ! Entre la trahison de ceux qu’elle croyait ses amis et l’énorme méduse qui a investi les spires et empêche de dessiner, nos héros auront pas mal de fil à retordre. Et bien sûr, Éléa Ril’Morienval n’est jamais très loin et est toujours prête à leur mettre des bâtons dans les roues.

L’univers s’étoffe toujours de tome en tome. On aurait pu croire qu’une fois arrivé au cinquième tome dans le même univers, il n’y ait plus rien à découvrir, et pourtant, ce n’est pas le cas. J’ai beaucoup aimé découvrir ce nouveau continent dont on a appris l’existence dans le tome précédent. Et j’ai aussi beaucoup apprécié d’en connaître un peu plus sur le monde des Marchombres et sur le passé d’Ellana.

En conclusion, on se laisse emporter dans ce roman sans même s’en rendre compte et, arrivé à la dernière page, on regrette qu’il n’y en ait pas plus ! Pierre BOTTERO nous a encore concocté un roman des plus émouvants et des plus captivants. Le troisième tome est déjà lu et je compte poursuivre ma relecture du chef d’œuvre de Pierre BOTTERO avec la trilogie consacrée à Ellana dès que j’aurai avancé dans mes challenges. Et oui, la fin de l’année approche et je suis encore loin d’avoir terminé certains !

Ma note : 9/10.

 

La série « La Quête d’Ewilan » :
D'un monde à l'autre Les frontières de glace Lîle du destin

La série « Les Mondes d’Ewilan » :
La forêt des captifs L'oeil d'Otolep Les tentacules du mal

 

Les 170 idéesIdée n°72 : quelque chose représentant un sport (l’équitation)

Challenge Fin de série

Pages :12»