Catégorie "BRASHARES Ann"

Quatre filles et un jean – T4 : Le dernier été – Ann BRASHARES

  • Auteur : Ann BRASHARES
  • Titre : Le dernier été
  • Série : Quatre filles et un jean
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Gallimard Jeunesse
  • Parution : VO : 2007 ; VF : 2007
  • Nombre de pages : 401

Le dernier été

Quatrième de couverture

Après leur première année loin de chez elles, à l’université, Carmen, Tibby, Bridget et Lena ont chacune des projets différents pour l’été.

CARMEN participe à un festival de théâtre. Persuadée de n’être bonne qu’à s’occuper des décors, elle est la première surprise lorsqu’elle se fait repérer pour ses talents d’actrice. Mais Julia, sa nouvelle amie, semble tout à coup bien distante…

TIBBY reste au campus de New York pour suivre un séminaire d’écriture de scénarios et file le parfait amour avec Brian jusqu’à ce que… tout se complique.

BRIDGET part en Turquie sur un chantier de fouilles archéologiques. Elle tombe sous le charme de Peter, trente ans, marié, père de famille…

LENA suit un atelier de dessin en compagnie d’un élève particulièrement doué et plutôt beau garçon, Léo, qui pourrait bien lui faire oublier Kostos…

Ce dernier volet laisse les quatre filles au seuil de leur vie d’adulte. C’est l’heure des grandes questions et, parfois, des grandes déceptions. Mais une chose est sûre : avec ou sans le jean, leur amitié restera éternellement dans le bleu.

Mon avis

*Attention, cette chronique peut contenir des spoilers pour ceux qui n’ont pas lu les tomes précédents*

J’avais un peu mis en pause ma relecture de cette série (pas parce que ça ne me plaisait pas mais parce que je n’aime pas enchaîner trop vite les tomes d’une série). Heureusement, une lecture commune organisée par Harmonie m’a persuadée de m’y remettre !

Le premier tome avait été un coup de cœur alors que les deux suivants m’avaient un peu moins plu, même s’ils restaient excellents. Et c’est dans ce quatrième tome que j’ai enfin retrouvé ce qui m’avait tant plu dans le premier ! À cela deux raisons principales : quatre intrigues très intéressantes et des personnages au summum de leur forme !

Je commencerai par vous parler de Carmen car c’est depuis le premier tome l’un de mes personnages préférés ! Durant cet été, elle décide d’accompagner son amie Julia à un festival de théâtre où cette dernière pense décrocher un rôle important. Carmen, quant à elle, sait qu’elle n’a pas vraiment de talent et elle y participe plutôt pour la soutenir et pour peut-être trouver une place parmi l’équipe technique qui s’occupe des décors.

Si j’aime autant Carmen, c’est parce que c’est un personnage très fragile qui arrive toujours à m’émouvoir. Elle manque de confiance en elle, à cause de son surpoids, mais aussi parce qu’elle se croit dépourvue de talents. Pourtant, des talents, elle en a plein et j’ai beaucoup aimé son évolution au cours de ce roman et la manière dont elle découvre enfin sa vraie valeur.

Le deuxième personnage que j’ai beaucoup aimé dans ce tome, c’est Lena. Elle est toujours obnubilée par son cher et tendre Kostos, qu’elle ne parviendra jamais à oublier pense-t-elle. Mais durant l’été, elle participe à un stage d’été de dessin de nu où elle fait la connaisse de Léo, un élève très talentueux.

Si j’aime Lena, c’est parce que je trouve qu’elle me ressemble un peu : elle est timide, très émotive, elle n’ose pas vraiment aborder les gens… Mais pourtant, à certains moments, elle déborde de courage. J’ai apprécié la voir se débattre entre son amour pour Kostos, qui semble impérissable, et les sentiments naissants qu’elle a pour Léo.

Tibby aussi m’a énormément plu (en fait, les quatre m’ont plu !). Elle file toujours le parfait amour avec Brian et suit pendant l’été un stage d’écriture de scénario. Mais malheureusement, son bonheur ne va pas tarder à se fendiller et les choses avec Brian deviennent bien plus compliquées…

Tibby aussi est une jeune fille très réservée et fragile mais dans un registre entièrement différent de Carmen et Lena. D’ailleurs, je trouve que l’auteure a vraiment bien choisi ses personnages car ils sont tous différents mais tous plaisants. Tibby est très malheureuse dans ce tome et sa peine a vraiment réussi à m’émouvoir.

Je finirais par Bridget qui m’a un peu moins séduite que les autres car les aventures qu’elle vit étaient, je trouve, légèrement moins intéressantes que celles des autres. Bridget vit toujours le parfait amour avec Eric, mais ils passent leur été à plusieurs centaines de kilomètres l’un de l’autre. Et vous connaissez Bridget, quand elle rencontre un homme charmant, même s’il est bien plus âgé qu’elle, qu’il est marié et qu’il a deux enfants, elle a toujours des difficultés à se contrôler…

Si j’ai moins apprécié cette intrigue, c’est aussi parce que j’ai trouvé qu’elle ressemblait énormément à celle du premier tome, où elle faisait la connaissance d’Eric. J’ai eu l’impression que Bridget n’a pas vraiment évolué et qu’elle reproduit toujours les mêmes erreurs. Mais sinon, j’ai aimé comme toujours le caractère tout feu tout flamme de Bridget. Elle semble infatigable !

Sinon, je l’avais déjà dit pour les tomes précédents, mais je le redis ! J’aime beaucoup l’alternance des points de vue que l’auteure utilise. Ça permet de maintenir un certain suspens entre deux paragraphes consacrés à une même fille et ça permet de mieux les comprendre chacune. J’ai beaucoup aimé aussi les lettres et mails qu’elles s’envoient. Toutefois, j’ai trouvé qu’il y en avait moins que dans les tomes précédents. Je ne sais pas si c’est véridique ou si c’est juste une impression…

Le style d’Ann BRASHARES est tout simplement parfait puisqu’elle parvient à nous faire rire et pleurer en même temps que ses personnages. L’écriture est fluide et agréable.

 

Je crois qu’il est temps de conclure : j’ai eu un vrai coup de cœur pour ce roman et je n’ai quasiment rien à lui reprocher car tout y était excellent ! Les quatre amies sont toujours aussi attachantes et leurs aventures (et mésaventures surtout) toujours aussi passionnantes et émouvantes. Bref, si vous ne connaissez pas encore cette série, je ne peux que vous la conseiller très très vivement ! Pour ma part, il me tarde de lire le cinquième et dernier tome, que je n’ai encore jamais lu, et qui était l’objectif de ma relecture des quatre premiers !

Ma note : 9/10.

 

Les livres de la série :
Tome 1
– Tome 2 : Le deuxième été
– Tome 3 : Le troisième été
– Tome 4 : Le dernier été
– Tome 5 : Pour toujours

 

Mercie à Harmonie pour l’organisation de cette lecture commune sur Livraddict !

Les avis des autres participants : Stellabloggeuse et Harmonie.

28 août 2012 - BRASHARES Ann    Aucun commentaire

Quatre filles et un jean – Tome 3 : Le troisième été – Ann BRASHARES

  • Auteur : Ann BRASHARES
  • Titre : Le troisième été – Tome 3
  • Série : Quatre filles et un jean (5 tomes actuellement)
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Gallimard Jeunesse
  • Parution : 2005
  • Nombre de pages : 359

Quatrième de couverture

Rien ne sera plus comme avant. À la fin des vacances, Carmen, Tibby, Bridget et Lena devront se séparer, se rendre chacune dans une université différente. Plus que jamais, elles se raccrochent au symbole de leur amitié : le JEAN magique, témoin de leurs vies, témoin de ce troisième été qui s’annonce décisif…

CARMEN voit s’effondrer ses belles certitudes. Après avoir découvert que sa mère lui cachait un incroyable secret, un charmant jeune homme lui fait prendre conscience qu’une jeune fille aimable et généreuse sommeille peut-être en elle…

TIBBY se pose plus de questions que jamais. Sa petite sœur a frôlé la mort et elle se sent responsable de cet accident. Alors que la vie lui tend les bras, Tibby résiste au bonheur qui s’offre à elle…

BRIDGET pense avoir chassé ses vieux démons. Monitrice dans un camp sportif, elle est loin de se douter qu’elle y retrouvera le garçon qu’elle avait rencontré deux ans plus tôt : son vieux démon…

LENA s’interroge sur son avenir. Son père ne comprend pas ses choix et tente de la faire renoncer à ses projets. Cet été sera pour elle une occasion unique d’affronter sa véritable personnalité…
Plus émouvantes et drôles que jamais, les quatre filles nous entraînent une fois encore dans le tourbillon de la vie, une vie qui n’épargne personne, mais qui donne tant à ceux qui l’aiment…

Mon avis

Le tome 1 avait été pour moi un vrai coup de cœur alors que le second tome m’avait un peu déçue, mais ce troisième tome revient (heureusement) à la hauteur du premier. Ce n’est pas tout-à-fait le coup de cœur puisque Carmen m’a encore pas mal agacée au début du roman (quel gros bébé), mais c’est une très très bonne lecture.

Pour le troisième été, les quatre amies vont encore une fois échanger le jean, espérant qu’il leur apportera chance et bonheur (et bonne humeur espérons pour Carmen !).

Carmen ne part pour ces vacances. Elle va être employée par les Kaligaris pour surveiller Valia, la grand-mère de Lena. En parallèle, elle va faire une découverte étonnante et déconcertante concernant sa mère. Carmen avait été mon personnage préféré dans le tome 1, mais elle a depuis cruellement baissé dans mon estime (c’est même la chute libre). Elle réagit comme une gamine immature en piquant des colères à la moindre occasion. Heureusement, elle va se rattraper (en partie) à la fin du roman.

Tibby travaille dans un cinéma pour l’été. Sa petite sœur Katherine a un accident assez grave. Cela va beaucoup secouer Tibby qui va réfléchir à la mort et à l’amour qu’elle ressent pour ses proches. J’aime beaucoup le personnage de Tibby car elle est très sensible et je la trouve très attendrissante. Elle est souvent mélancolique et elle a du mal à vivre son bonheur, mais il faut dire que la vie n’est pas tendre avec elle.

Bridget est entraîneuse dans un camp d’été de football et elle va y retrouver quelqu’un qu’elle aurait préféré oublier, ou du moins dont elle aurait préféré rester éloignée. J’ai beaucoup apprécié Bridget dans ce tome : elle a retrouvé le dynamisme et l’effronterie qu’elle avait perdu dans le deuxième tome. Mais ce n’est pas encore la Bridget du premier tome car on voit qu’elle a beaucoup mûri depuis.

Les talents artistiques de Lena ressurgissent enfin alors qu’ils étaient à peine mentionnés dans le second tome. Lena suit des cours d’été de dessin de nu, mais cela ne plaît pas à son père : être peintre n’est pas un métier convenable pour sa fille selon lui. Lena va trouver du courage et va enfin avoir assez confiance en elle pour imposer autour d’elle ses convictions et ses envies. Son évolution est très intéressante.

Quant à la plume de l’auteure, elle est toujours aussi agréable. On retrouve invariablement les changements de point de vue pour suivre les quatre amies. On trouve aussi les lettres, les e-mails et les conversations téléphoniques qu’elles s’échangent. Ces petits plus sont toujours aussi agréables.

 

En conclusion, ce troisième tome a retrouvé le je-ne-sais-quoi qui m’avait tant plu dans le tome 1 et qui avait fait défaut dans le tome 2. Nos quatre amies reviennent en force avec des aventures passionnantes mais parfois compliquées ou tristes. Carmen réagit encore comme une gamine au début du roman, mais elle va heureusement évoluer. Bridget retrouve son amour pour le foot et son amour tout court. Tibby subit encore bien des épreuves pour une jeune fille si sensible. Et Lena renoue avec son âme d’artiste. Tous les personnages ont retrouvé leur splendeur et j’espère que cela durera encore dans le quatrième tome !

Ma note : 8,5/10.

 

Pour consulter mes chroniques sur les tomes 1 et 2, cliquez sur l’image !

23 juillet 2012 - BRASHARES Ann    Aucun commentaire

Quatre filles et un jean – Tome 2 : Le deuxième été – Ann BRASHARES

  • Auteur : Ann BRASHARES
  • Titre : Le deuxième été – Tome 2
  • Série : Quatre filles et un jean (5 tomes actuellement)
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Gallimard Jeunesse
  • Parution : 2003
  • Nombre de pages : 393

Quatrième de couverture

Les vacances approchent. Carmen, Tibby, Bridget et Lena s’apprêtent à ressortir le JEAN magique, symbole de leur amitié et témoin de leurs aventures. Cette année, l’été s’annonce cependant bien différent…

CARMEN reste à Washington avec sa mère : crises et turbulences en perspectives…

TIIBY part suivre un stage de cinéma en Virginie, mais même derrière la caméra, ses souvenirs vont la rattraper.

BRIDGET, qui traverse une crise existentielle, décide de se réconcilier avec son passé en rendant une visite surprise à sa grand-mère.

LENA, dont le cœur n’est jamais revenu de Grèce, va percer des secrets de famille insoupçonnés.

De surprises en émotions, de rires en larmes, les quatre filles vont une nouvelle fois faire l’expérience de la vie et l’affronter avec courage, humour et détermination.

Mon avis

Attention, cette chronique peut contenir des spoilers pour ceux qui n’auraient pas lu le premier tome !

Je poursuis ma relecture de la série Quatre filles et un jean avec ce tome 2. Une année s’est écoulée depuis la fin du premier tome. Carmen, Tibby, Bridget et Lena s’apprêtent de nouveau à se séparer pour les vacances d’été. Mais elles resteront toujours unies par le jean qui va passer de l’une à l’autre au cours de ces deux mois.

Le premier tome avait été un vrai coup de cœur pour moi et j’avais hâte de retrouver les quatre amies dans ce second tome. Mais j’ai été un peu déçue, je m’explique. D’abord, les héroïnes n’apparaissent pas sous leur meilleur jour. Le dynamisme, le courage et l’enthousiasme qui qualifiaient Bridget dans le premier tome se sont envolés, je l’ai presque trouvée fade dans ce tome-ci. Par contre, Carmen n’était pas du tout fade, mais elle était détestable. Elle m’est apparue comme une horrible gamine orgueilleuse qui n’en fait qu’à sa tête et qui est bien décidée à gâcher le bonheur de tout le monde. Bref, j’ai été un peu déçue par leur nouvelle personnalité.

Deuxième point qui m’a un peu déçue : il ne se passe pas grand-chose ! Dans le premier tome, on avait des aventures trépidantes et on peinait à reprendre notre souffle. Dans ce second tome, tout est lent à démarrer et on assiste à tout un tas d’événements qui ne sont pas vraiment intéressants. Je ne suis pas allée jusqu’à m’ennuyer en lisant, mais j’attendais un peu plus d’action.

Carmen reste à Washington pour l’été. Sa mère, Christina, commence à sortir avec un collègue de bureau du nom de David. Carmen est jalouse du bonheur de sa mère car elle se sent délaissée. Carmen avait été l’un de mes personnages préférés dans le tome précédent, mais ici, je l’ai détestée. Elle est tout simplement odieuse et ses petites histoires de jalousie du bonheur de sa mère m’ont laissée de marbre. Elle n’a pas réussi à m’émouvoir.

Tibby est celle que j’ai préférée dans ce tome. Elle part en Virginie pour faire un stage cinématographique. Tout au long du roman, je l’ai trouvée très humaine : tout le monde est tenté de vouloir être bien vue en fréquentant des gens cools, en se moquant d’élèves « ringards »… Et Tibby ne fait pas exception, mais elle saura se rappeler de chercher au fond du cœur des gens avant de les juger. Tibby va énormément gagner en maturité dans ce tome (à défaut de Carmen…). J’ai adoré son histoire !

Bridget a décidée de rendre visite à sa grand-mère, qu’elle n’a pas vue depuis qu’elle était petite. Mais elle ne lui révèle pas tout de suite son identité : elle préfère au départ se faire passer pour « Gilda ». On va en apprendre beaucoup sur la famille de Bridget, et notamment sur le décès de sa mère. Son histoire aurait pu être touchante, mais elle était tellement lente que je n’ai pas tellement accroché.

Enfin, Lena a décidé pendant l’hiver de rompre avec Kostos, non qu’elle ne l’aimait plus, mais parce qu’elle ne supportait plus de souffrir en son absence. Mais ce n’est pas pour autant qu’elle vit mieux. Et alors là s’ensuivent de longs passages où elle se morfond sans qu’il ne se passe rien ! En gros, la véritable histoire de Lena ne va commencer que dans le dernier quart du roman et j’ai trouvé cela dommage. Je me suis vraiment ennuyée avec elle au début, et à la fin, tout se passe tellement vite qu’on a du mal à suivre, et c’est dommage car c’était très intéressant et très émouvant. Son histoire aurait mérité de commencer plus tôt et de prendre plus de temps pour s’épanouir.

Sinon, la plume d’Ann BRASHARES est toujours aussi agréable. On retrouve toujours les fameuses lettres que les quatre amies s’envoient et, nouveauté, on a aussi quelques conversations par Internet (et oui, nos quatre amis ont accédé à la modernité depuis le premier tome !).

Quelques mots sur le film, intitulé Quatre filles et un jean 2. Sitôt ma lecture de ce tome achevée, j’ai voulu regardé le film. Mais au bout d’une quinzaine de minutes, je me suis rendue compte qu’il reprenait des éléments du tome 2, mais aussi du tome 3 (dont de vagues souvenir depuis ma jeunesse me sont revenus). J’ai décidé d’en rester là et de voir le film quand j’aurais achevé le troisième tome plutôt.

En conclusion, ce second tome est un peu en-dessous du premier en raison d’une intrigue qui met du temps à débuter et d’une pauvreté de l’action. Mais il reste une lecture très agréable et j’ai apprécié de retrouver les quatre amies. J’espère que le troisième tome va réussir à revenir à la hauteur du premier !

Ma note : 8/10.

Pour consulter ma chronique sur le tome 1, cliquez sur l’image !

Quatre filles et un jean – Tome 1 : Le premier été – Ann BRASHARES

  • Auteur : Ann BRASHARES
  • Titre : Le premier été – Tome 1
  • Série : Quatre filles et un jean (5 tomes actuellement)
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Gallimard Jeunesse
  • Parution : 2001
  • Nombre de pages : 309

Quatrième de couverture

Ma première s’appelle CARMEN. Elle est brune et trouve ses fesses un peu grosses. Très attachée aux gens qu’elle aime, elle se montre parfois d’une franchise désarmante. Elle a aussi un énorme problème avec son père…

Ma deuxième s’appelle TIBBY. Elle ne fait pas son âge, ne s’habille pas très fille. Et si elle joue les rebelles, c’est pour mieux masquer sa grande sensibilité. Une rencontre inattendue va bouleverser sa vie…

Ma troisième s’appelle BRIDGET. Elle est blonde, sexy, sportive, volontaire, mais au fond si vulnérable. Quand elle veut quelque chose, elle l’obtient. Surtout s’il s’agit d’un garçon. Au risque d’aller trop loin…

Ma quatrième s’appelle LENA. Elle est brune, superbe. Timide et farouche, elle refuse souvent d’écouter ce que lui dit son coeur. Mais le soleil de Grèce va réveiller en elle des sentiments inconnus…

Mon cinquième est un JEAN. Symbole de leur amitié, il va passer de fille en fille. Il les accompagnera le temps d’un été qui changera leur vie pour toujours.

Mon tout est un roman drôle, sensible, intelligent, où se mêlent subtilement les voix de quatre adolescentes qui rient, souffrent parfois, grandissent et nous séduisent…

Mon avis

J’avais déjà lu les trois premiers tomes de cette série quand j’étais plus jeune et je me souviens que j’avais beaucoup aimé. J’ai eu envie de m’y replonger en relisant les premiers et en continuant sur les derniers tomes que je n’avais jamais lus.

J’avais un peu peur qu’une histoire qui m’avait séduite quand j’étais beaucoup plus jeune me laisse de marbre maintenant que je suis un peu plus vieille, mais pas le moins du monde ! Même si cette série s’adresse à de jeunes lecteurs, elle est capable de toucher tous les âges. L’histoire de ces quatre jeunes filles est tout simplement bouleversante, émouvante et fascinante, on passe de la joie à la tristesse (je vous jure, j’ai même versé quelques larmes à la fin). En bref, une série addictive !

Carmen, Tibby, Bridget et Lena sont amies depuis leur enfance et pour la première fois, elles vont passer un été séparées. Mais elles décident de rester en contact par le biais d’un jean (magique qui plus est) qui va passer de l’une à l’autre.

L’histoire de Carmen est celle qui m’a le plus émue. Carmen devait passer tout l’été en tête-à-tête avec son père, mais elle découvre qu’il a refait sa vie avec une autre femme. Beaucoup d’enfants doivent se retrouver dans la même situation que Carmen et son histoire m’a tout simplement touchée.

Tibby est celle qui vivra l’aventure la plus émouvante. Elle fera par hasard la connaissance d’une jeune fille du nom de Bailey, atteinte d’une leucémie, et qui veut absolument participer à la réalisation du documentaire que réalise Tibby. Comment pourrait-elle la repousser ?

Bridget part pour un camp de football au Mexique. Elle est de loin la plus déterminée de la bande et quand elle croise le regard d’Eric, un entraîneur (c’est-à-dire parfaitement inaccessible et interdit), elle sait qu’elle ira jusqu’au bout pour lui plaire, quitte à se brûler les ailes au passage.

La douce Lena rend visite à ses grands-parents en Grèce. Elle pensait passer l’été à peindre, mais ce n’est pas sans compter sa grand-mère qui fait tout pour qu’elle se rapproche de Kostos, le petit-fils de leurs amis. Son histoire est belle et authentique, elle m’a beaucoup attendrie.

Le roman est rythmé par une narration à quatre points de vue différents, selon chacune des adolescentes. Régulièrement, on a des lettres qu’elles s’envoient. J’ai trouvé cette narration originale et bien adaptée à l’histoire.

En résumé, c’est un roman poignant et émouvant. Les aventures des quatre amies sont aussi passionnantes les unes que les autres. Ce roman est vraiment un coup de cœur pour moi.

Ma note : 9/10.

J’ai découvert un peu par hasard qu’il existe deux films inspirés de la série, un pour chacun des deux premiers tomes.

Quatre filles et un jean (je parle du film cette fois !) est assez fidèle au livre. Les acteurs qui ont été choisis correspondent très bien à l’image que je m’étais faite des personnages. Le film a su faire ressortir les émotions qui étaient présentes dans le livre. Donc le film est plutôt réussi et m’a plu.

Je noterai seulement deux points négatifs (il faut bien…). Le premier : pourquoi les réalisateurs ont-ils choisis de dire DES jeans au lieu de UN jean. Certes, c’est grammaticalement correct, mais personne ne dit plus DES jeans. Ce n’est qu’un détail mais il m’a tapé sur le système (il en faut pas beaucoup pour me titiller parfois !).

Deuxième point négatif (qui est un peu moins futile peut-être !) : l’histoire de Lena a complètement été changée. Dans le film, on a une sorte de Roméo et Juliette version grecque avec Lena qui tombe amoureuse de Kostos, le fils des ennemis de la famille, en guerre depuis moult années pour des raisons particulièrement abscondes… En un mot, c’est complètement bidon. Je n’ai pas compris pourquoi il avait modifié l’histoire de Lena.

Voici la bande-annonce du film :

Cette chronique entre dans le cadre du Challenge Livres VS Films.