Catégorie "FERREIRA Angélique"
13 février 2016 - FERREIRA Angélique    Aucun commentaire

Légende – T1 : Clio Kelly et l’éveil de la gardienne – Angélique FERREIRA

  • Titre : Clio Kelly et l’éveil de la gardienne
  • Auteur : Angélique FERREIRA
  • Série : Légende
  • Illustrateur : Anne Claire PAYET
  • Public : Adulte
  • Edition : Editions du petit caveau
  • Parution : octobre 2010
  • Nombre de pages : 170

 

Clio Kelly et l'éveil de la gardienne

 

Quatrième de couverture

Clio Kelly, 22 ans, est journaliste au journal de l’Opéra. Alors que la vie à Paris est d’un calme olympien, une série de meurtre dévaste le Gévaudan. Ceux-ci sont la réplique exacte des crimes commis entre 1764 à 1767 dans la région.

Tandis que la jeune femme est envoyée sur place pour enquêter en compagnie de son partenaire, Morgan Chevalier, les meurtres deviennent de plus en plus sanglants et terribles.

Une fantastique course contre la montre se met en place pour découvrir et arrêter l’homme ou la créature qui se dissimule derrière ces atrocités.

Mon avis

Ayant déjà lu deux romans, que j’avais bien appréciés, d’Angélique FERREIRA, c’est sans crainte que j’ai choisi Clio Kelly dans le catalogue des Editions du Petit caveau lors de l’opération « All you can read ». Je les remercie d’ailleurs vivement pour cet échange de services qui m’a permis de belles découvertes.

Malheureusement, Clio Kelly n’a pas été à la hauteur de mes espérances. L’impression générale que me donne ce roman, c’est celle d’un immense fouillis. Tout d’abord, ce roman est assez court puisqu’il ne fait que 170 pages. Mais les intrigues et les péripéties sont bien trop nombreuses pour un si petit roman. Plusieurs intrigues secondaires se mêlent à l’intrigue principale et on peine à comprendre quel est réellement le fil conducteur de ce roman. Par ailleurs, de nombreux flash-back de vies antérieures émaillent le récit. S’ils nous permettent de mieux comprendre la situation actuelle, ils nous embrouillent aussi et s’ajoutent à la masse déjà énorme d’informations qui nous sont données.

Les thèmes abordés sont nombreux, presque trop. Nous avons la bête du Gévaudan, de la mythologie grecque ET de la mythologie romaine, on devine la présence d’archanges… L’univers de l’auteur pourrait être intéressant mais comporte bien trop d’éléments disparates pour être intégré en toute sérénité. On nous plonge dès les premières pages dans cet univers assez complexe et on peine à en comprendre toutes les facettes en si peu de pages.

L’écriture est somme toute assez agréable, mais là encore, j’y vois quelques défauts de narration. Par exemple, vers la fin du roman, on nous dit que Clio va prendre sa douche : elle se déshabille donc et après quelques lignes où elle développe quelques pensée, Clio est en train de se sécher ! Mais elle ne s’est pourtant pas lavée ! Ce sont bien sûr des détails insignifiants, mais je les ai trouvés sans vraiment les chercher et ils témoignent d’un manque de maîtrise de la narration.

Ce roman a été publié en 2010, soit quelques années avant Femmes obscures et Secret de lune, de la même auteure. Ce roman est donc vraisemblablement l’un de ses premiers, ce qui expliquerait l’impression de fouillis et les défauts de narration que je n’ai pas retrouvés dans les autres.

En conclusion, Clio Kelly est un roman qui aurait pu avoir du potentiel. Mais en raison d’une intrigue trop brouillonne, de thèmes trop disparates et d’une écriture pas complètement maîtrisée, j’ai peu apprécié la lecture de ce roman. Pour ceux qui ne connaissent pas l’auteure et qui souhaiteraient la découvrir, je pense que ce roman n’est pas celui qui vous permettra de juger pleinement du talent d’Angélique FERREIRA et je vous orienterai plutôt sur Croissant de lune ou Femmes obscures qui sont bien mieux maîtrisés. Le tome 2 de cette série n’a pas encore pointé le bout de son nez, mais je ne suis pas sûre de le lire un jour.

Ma note : 5,5/10.

23 avril 2015 - FERREIRA Angélique    1 Commentaire

Secret de lune – T1 : Croissant de lune – Angélique FERREIRA

  • Auteur : Angélique FERREIRA
  • Titre : Croissant de lune
  • Série : Secret de lune
  • Illustrateur : Cris Orgeta
  • Public : Adulte
  • Edition : Flammèche Éditions
  • Parution : 2013
  • Nombre de pages : 424

Croissant de lune

Quatrième de couverture

« J’ai pitié de vous, Nicolas. Vous n’êtes pas heureux et ça se voit comme le nez au milieu de la figure. Un père qui a honte de votre orientation et de vos choix de carrière, une sœur qui se plaît à vous faire passer pour un idiot, et personne sur qui réellement compter. »

Lorsque les routes de Nicolas Valentin Pontault et d’Iris Sélène Black se croisent, ce n’est pas l’amour qui les unit. Au contraire !

Le premier n’est qu’un jeune homme ordinaire : photographe, modèle et professeur de théâtre à Lyon, son univers bascule le jour où il perd son travail. Déterminé à ne pas se laisser abattre, il décide de saisir cette occasion pour reprendre ses études.

La seconde est une jeune bibliothécaire qui tente tant bien que mal d’échapper au clan de sorcières dont elle est l’une des héritières. Traitée comme une pestiférée par les siens, Iris est fermement décidée à ne pas les laisser contrôler sa vie.

Malgré ces différences, lorsque Nicolas est transformé en loup, c’est auprès de la jeune femme qu’il trouve réconfort et protection. Au même moment, une étrange série de meurtres s’abat sur la ville, et tout porte à croire que l’assassin en a désormais après eux…

Mon avis

Ce livre m’a été proposé à la lecture par l’auteure elle-même, et je la remercie vivement de m’avoir fait passer un si bon moment !

J’avais un peu d’appréhension avant de commencer ce roman car j’avais peur de ne pas l’aimer. J’avais lu quelques commentaires sur ce roman, notamment sur Livraddict, et une partie parle de scènes osées un peu trop osées, d’intrigue brouillon et d’histoire trop inspirée d’Harry Potter… Bref, j’ai eu un peu peur, notamment concernant les scènes osées car certaines avaient déjà pu me mettre mal à l’aise lorsque j’ai lu le recueil de nouvelles Femmes obscures de la même auteure.

Nous suivons deux adolescents, Nicolas et Angèle, chacun de leur côté. Ils se connaissent brièvement et se détestent. Mais lorsque Nicolas est transformé en loup, Angèle va s’occuper de lui sans connaître son identité.

Le début du roman est un petit peu long car il faut du temps pour que les deux personnages principaux se rencontrent et que l’intrigue se mette en place. Mais une fois les soixante premières pages passées, ce bouquin a été un pur régal !

Oui, il y a des scènes osées, mais je l’ai ai trouvé peu nombreuses, cinq ou six je crois. Et elles restent assez courtes (pas plus d’une page) et assez sobres. Du coup, je n’ai absolument pas été gênée par cela car ces scènes représentent une infime partie du roman.

Parlons de l’intrigue que certains ont pu qualifier de brouillon. Personnellement, je l’ai trouvé très bien construite et très intéressante. Angélique FERREIRA a utilisé une mythologie que je n’avais jamais encore rencontrée. De plus, si l’intrigue paraît simplette au début du roman, elle va très vite se complexifier avec l’apparition de meurtres et d’un complot dont on était loin de se douter. Mon seul regret a été le dénouement, qui n’en ai pas vraiment un car beaucoup de choses restent encore en suspens. Et j’ai eu beaucoup de mal à comprendre le choix d’Angèle, qu’on nous a très peu expliqué. Je pense que l’auteure cherchait à nous laisser de quoi saliver en attendant le prochain tome, mais j’ai trouvé cette fin trop rapide et trop ambiguë. C’est dommage.

Enfin, parlons des références à Harry Potter. Oui elles sont présente entre la « noble famille des Black », la rue qui s’appelle « Serverus Rogue », la pierre philosophale, la potion qui permet de prendre l’apparence de quelqu’un d’autre… Mais les ressemblances sont finalement peu nombreuses et l’intrigue reste très différente. Personnellement, ça ne m’a pas dérangée, au contraire, j’ai apprécié ces petits clins d’œil à une série qui m’a sûrement autant marquée que l’auteure !

Deux points de vue alternent tout au long du récit : celui de Nicolas et celui d’Angèle. J’ai énormément apprécié ce mode de narration qui nous permet de connaître les points de vue de nos deux personnages et de mieux apprécier la transformation de leurs sentiments l’un envers l’autre.

Angèle et Nicolas sont des personnages extrêmement différents et leur personnalité est très travaillée. Chacun ont leurs faiblesses, leurs blessures enfouies et leurs rêves. C’était un plaisir d’en découvrir plus sur chacun d’eux.

En conclusion, j’ai adoré Croissant de lune et je l’ai dévoré en trois jours à peine. L’intrigue est passionnante ; l’univers est assez innovant ; les personnages sont très attachants. Vivement la suite car il me tarde de savoir comment cette histoire va finir !

Ma note : 8,5/10.

 

Les 170 idées Idée n°2 : une lampe

Top 50 Un livre qui se passe dans votre ville natale

Mystery World : Sorcière

gourmand 2

19 février 2015 - FERREIRA Angélique    4 Commentaires

Angélique FERREIRA – Femmes obscures

  • Auteur : Angélique FERREIRA
  • Titre : Femmes obscures
  • Illustrateur couverture : Silviya YORDANOVA
  • Illustrateur intérieur : Miss GIZMO
  • Public : Adulte (pour un public averti)
  • Edition : Artalys
  • Parution : 2013
  • Nombre de pages : 200

Femmes Obscures

Quatrième de couverture

Lorsque les rayons du soleil n’illuminent plus la vie de leur réalité claire et évidente, certaines femmes se révèlent dans l’ombre. Sortant de leurs recoins sombres à l’abri des regards, elles peuvent prendre vie à partir de vos rêves les plus fous. Ou de vos pires cauchemars… Femmes Obscures est un recueil de nouvelles fantastiques à plusieurs facettes. Chacune d’elles est un bijou obscur qui vous emportera là où la réalité s’arrête, où les barrières s’estompent.

Il comprend les nouvelles suivantes :

Le voile immaculé
Le songe d’une nuit d’automne
Le murmure de la mer
Le rosier grimpant
Le marc de café
Baiser mortel
Mastabas

Mon avis

Femmes obscures est un recueil de sept nouvelles, toutes différentes les unes des autres, mais qui ont un point commun : elles mettent toutes en scène une femme, au destin souvent tragique et qui cherche presque toujours la vengeance.

Je ne connaissais pas ce recueil de nouvelles avant que l’auteure, Angélique FERREIRA, ne me contacte pour m’en proposer la lecture. Le thème de ces nouvelles m’inspirait bien, alors c’est avec plaisir que j’ai accepté. J’en profite d’ailleurs pour la remercier de m’avoir fait découvrir ses écrits !

Ce que j’ai le plus aimé dans ce recueil, c’est la variété des lieux ou des époques où se déroulent les nouvelles. Chacune a une atmosphère bien particulière. Ce que j’ai le moins aimé, ce sont les descriptions un peu trop crues de viol ou de nécrophilie. Mon avis varie beaucoup d’une nouvelle à l’autre alors j’ai préféré vous donner mon avis sur chacune des nouvelles plutôt que sur l’ensemble du recueil.

La première nouvelle, intitulée Le voile immaculé, aborde les thèmes des fantômes et des châteaux hantés. Cette nouvelle commence par une citation issue de la nouvelle du Chat noir d’Edgar Allan POE et elle en est très clairement inspirée. C’est une nouvelle très sombre et que j’ai eu un peu de mal à apprécier car l’histoire de Deborah est vraiment très cruelle et m’a beaucoup trop touchée. Sinon, j’ai apprécié l’alternance des narrateurs et l’alternance des époques. J’ai beaucoup apprécié les deux personnages principaux.

La deuxième nouvelle s’appelle Le songe d’une nuit d’automne. J’ai beaucoup aimé cette nouvelle car elle est surprenante. On s’attache tout de suite à la héroïne, cette jeune femme triste à qui la vie n’a pas sourit. Puis elle nous montre un tout autre visage auquel on ne s’attendait pas au fil de l’histoire. C’était vraiment sympathique !

La nouvelle Le murmure de la mer était très courte mais elle est de loin ma préférée. Elle m’a beaucoup plu et beaucoup touchée. L’histoire d’Agate est belle et émouvante. Bref, une vraie réussite.

Le rosier grimpant. Encore une nouvelle que j’ai adorée car elle est toute en douceur, en finesse et en mélancolie. J’ai beaucoup apprécié les illusions qu’entretient Angélique FERREIRA au début du récit. L’histoire d’amour est belle et triste. Bref, j’ai adoré.

Le marc de café est une nouvelle assez courte mais elle m’a séduite. L’intrigue principale m’a fait penser Au nom de la rose pour la similarité des intrigues. Sinon, j’ai beaucoup apprécié la personnalité froide et décidée de Lady Caitlin. C’est quelqu’un qu’il faut avoir dans son camp plutôt que contre soi !

Mon avis est très mitigé concernant la nouvelle du Baiser mortel. D’un côté, j’ai été dégoûtée par les pratiques nécrophiles du personnage central de cette histoire. Mais d’un autre côté, j’ai été très agréablement surprise par la chute à laquelle je ne m’attendais pas.

La dernière nouvelle, Mastabas, m’a séduite car elle a su me dépayser. Elle se passe au temps des pharaons, une époque qui m’a toujours séduite. L’auteure nous offre de nombreux détails sur la vie à cette époque et j’ai beaucoup apprécié tous ces apports documentaires. L’intrigue est intéressante, même si elle ne m’a pas marquée plus que ça.

En conclusion, j’ai plutôt bien apprécié ce recueil de nouvelles. Son véritable point fort est la diversité des époques, des lieux et des personnages. On ne lit jamais la même chose d’une nouvelle à l’autre et j’ai pu trouvé en chacune des éléments qui m’ont séduite.

Ma note : 8/10.

 

Chasse aux vampires

Top 50 Un recueil de nouvelles

Challenge Mystery World : Fantôme

mille bornes livresque