Glitch – T1 – Heather ANASTASIU

  • Auteur : Heather ANASTASIU
  • Titre : Glitch
  • Série : Glitch
  • Traducteur : Madeleine NASALIK
  • Illustrateur : Ervin SERRANO
  • Edition : Robert Laffont (Collection R)
  • Parution : 6 septembre 2012
  • Nombre de pages : 378

Quatrième de couverture

L’amour est une arme.

     Zoe vit dans un monde où les mots douleur et guerre n’existent plus. Comme à l’ensemble des membres de la Communauté, on lui a implanté une puce qui la protège de toutes les émotions qui ont mené l’Ancien Monde à sa perte. Jusqu’à ce que cette puce se mette à… glitcher.

    La jeune fille est bientôt submergée par d’étranges pensées et sentiments : les siens. Rien de plus dangereux dans une société où le moindre dysfonctionnement est passible de mort ! Mais Zoe possède un autre secret qu’elle doit cacher à tout prix : ses glitches ont fait naître en elle un incontrôlable pouvoir de télékinésie.

     Tandis qu’elle lutte pour apprivoiser ce don dévastateur, Zoe rencontre d’autres glitcheurs. Ensemble, ils vont planifier leur fuite. Mais plus Zoe s’éveille à la beauté, à la joie, et surtout à l’amour, plus elle aura à perdre en cas d’échec…

Mon avis

Ça faisait longtemps que je n’avais pas lu de dystopie, pourtant j’aime beaucoup ce genre. J’ai beaucoup apprécié la richesse et l’originalité de l’univers créé par l’auteur : une puce est implantée dans le cerveau des humains et permet d’effacer leurs émotions, considérées comme néfastes. En effet, ce sont ces émotions qui avaient conduit les hommes à s’entretuer lors de la dernière guerre nucléaire qui a ravagé la planète. Tous sont rattachés au « lien », une sorte de fréquence qui leur dicte les actualités et leur emploi du temps. Il nous faut quand même attendre quelques pages pour comprendre cet univers et s’immerger dedans, mais ensuite, j’ai adoré. L’auteure n’a pas fait les choses à moitié, il y a beaucoup de détails sur ce nouveau monde et j’ai la sensation qu’elle a pensé à tout pour créer quelque chose qui tient vraiment la route.

Le personnage principal est Zoé, une jeune adolescente qui m’a totalement conquise. Sa puce commence à « glitcher », c’est-à-dire qu’à certains moments, elle ne capte plus le « lien » et elle ressent des émotions. Elle est d’abord paniquée à l’idée que quelqu’un puisse découvrir son secret car les dysfonctionnements de puces sont sévèrement réprimés, mais elle aime ce qu’elle éprouve quand sa puce dysfonctionne et elle n’a aucune envie de signaler ses glitches. Rapidement, elle découvrira qu’elle n’est pas la seule à glitcher et qu’il peut exister un monde meilleur sans l’influence de la puce.

Avant de me lancer dans cette trilogie, j’avais lu quelques commentaires et j’avais pu constater que ce premier tome induisait des avis mitigés. Pour ma part, j’ai adoré ma lecture. J’ai apprécié la personnalité de Zoé : certes elle est loin des héroïnes fortes de certains romans, mais sa fragilité et ses espoirs m’ont attendrie. Un triangle amoureux se met rapidement en place. La romance reste assez en retrait par rapport à l’intrigue, l’équilibre est bon. De nombreuses plaintes portaient sur le style « pas dégrossi ». Pour ma part, je n’ai pas trouvé que c’était le cas. La narration n’est pas particulièrement poétique ou travaillée, mais elle est simple et elle se laisse lire volontiers.

J’ai beaucoup apprécié le retournement de situation à la fin de ce premier tome, qui m’a donné envie de m’attaquer rapidement au suivant.

Je ne peux pas terminer cette chronique sans parler des couvertures, que je trouve sublimes, surtout celles du premier tome.

Ma note : 8,5/10.

La trilogie Glitch :

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire!