27 août 2012 - WARD J. R.    Aucun commentaire

La confrérie de la dague noire – Tome 1 : L’amant ténébreux – J. R. WARD

  • Auteur : J. R. WARD
  • Titre : L’amant ténébreux – Tome 1
  • Série : La confrérie de la dague noire (10 tomes actuellement dont 7 en français)
  • Genre : Romance paranormale
  • Edition : Milady
  • Parution : VO : 2005 ; VF : 2010
  • Nombre de pages : 559

Quatrième de couverture

Une guerre fait rage à l’insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable. L’un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlée qui ignore tout de son destin. Et c’est à Kolher qu’il incombe de faire découvrir à Beth le monde mystérieux qui sera désormais le sien…

Mon avis

La confrérie de la dague noire étant l’une des séries les plus connues et appréciées de la romance paranormale, je pouvais difficilement passer à côté. Et ma première impression quand j’ai eu achevé ma lecture a été que j’aurais dû me lancer plus tôt dans l’aventure !

En tournant les pages de l’Amant ténébreux, vous découvrirez un univers de vampires original où un groupe de guerriers, nommé confrérie de la dague noire, lutte contre les Eradiqueurs, des humains qui ont vendu leur âme à l’Oméga en échange d’une force et d’une longévité suffisante pour chasser du vampire.

À la tête de cette confrérie, nous avons Kolher, qui est le héros de ce premier tome. C’est un immense guerrier, fort, courageux, vêtu de cuir et parfaitement hot. Face à lui, nous avons Beth, une jeune femme mi-humaine mi-vampire qui ignore tout de sa véritable filiation… Mais ne vous inquiétez pas, notre sexy vampire est là pour tout lui expliquer !

La narration du roman alterne les points de vue. Parfois nous suivons Beth, et parfois Kolher. Par moment, nous suivons également M. X., un éradiqueur. Cette triple narration est intéressante car elle nous permet de découvrir les pensées, les émotions et les activités de plusieurs personnages. Mais elle a l’inconvénient de couper court à tout suspens puisque les actions de tous les personnages nous sont révélées.

Vous l’aurez donc compris, ne vous attendez pas à une intrigue palpitante en ouvrant ce roman, la romance domine très largement. Il y a vaguement une intrigue à l’arrière-plan pour occuper trois pages entre deux scènes de romance mais ça ne casse pas la baraque !

Malgré cela, l’histoire se laisse lire assez facilement et parfois on ne voit même plus le temps passer. La plume de l’auteure est fluide et agréable, bien que sa manie de nommer les personnages juste par la première lettre de leur nom m’ait un peu agacée parfois. D’ailleurs, je n’ai toujours pas compris la subtilité du surnom de Viszs qui est « D. ». Si vous avez compris, je vous prierai de bien vouloir éclairer ma lanterne…

Les personnages sont tous assez sympathiques. Kolher m’a laissée perplexe sur les vingt premières pages : la brute colérique qui refuse un service à son ami m’a laissée de marbre. Mais heureusement, le personnage s’améliore grandement dans les pages suivantes.

J’ai bien aimé Beth, mais je l’ai parfois trouvée un peu trop nunuche ou contradictoire. Elle a peur de tout mais elle se jette immédiatement dans les bras de Kolher qui a tout l’air, au pire d’un meurtrier évadé de prison, au mieux d’un trafiquant d’armes ou de drogues. Bref, le personnage ne m’a pas énormément plu, mais j’ai quand même apprécié de la suivre.

Dès le départ, j’ai été très émue par le personnage de Marissa, qui m’a vraiment fait de la peine. Je m’étais attachée à elle, mais dans la seconde moitié du roman, elle devient parfaitement nunuche et je l’ai beaucoup moins appréciée.

Je m’attarderai pas sur chacun des autres membres de la confrérie, mais je pense qu’ils présentent pas mal de potentiel pour les prochains tomes.

 

En conclusion, l’Amant ténébreux, c’est une histoire d’amour entre Kolher, un vampire, chef d’une confrérie de guerriers luttant contre les Eradiqueurs, et Beth, une jeune femme mi-humaine mi-vampire qui ignore tout de son héritage génétique. Dans ce roman, point d’intrigue palpitante et tarabiscoté, mais une romance sympathique et agréable à suivre. Les personnages sont nombreux, intéressants et bien construits. Bref, La confrérie de la dague noire est une série qui a du potentiel et je me laisserais volontiers tenter par le second tome !

Ma note : 8/10.

N'hésitez pas à laisser un commentaire!