16 mars 2014 - BOTTERO Pierre    2 Commentaires

Les Mondes d’Ewilan – T1 : La forêt des captifs – Pierre BOTTERO

  • Auteur : Pierre BOTTERO
  • Titre : La forêt des captifs
  • Série : Les mondes d’Ewilan
  • Illustrations : Jean-Louis THOUARD
  • Genre : Jeunesse
  • Edition : Rageot
  • Parution : 2004
  • Nombre de pages : 354

La forêt des captifs

Merci à Harmonie pour l’organisation de cette lecture commune sur Livraddict ! Voici les avis des autres participants : Rose, ExtraVaganceDareel et Harmonie.

Quatrième de couverture

La raison d’Ewilan vacilla.
Qui avait révélé son Don à l’Institution?
Qui était au courant qu’elle allait revenir et que son pas sur le côté la conduirait dans le parc à cet instant précis de la journée?
Que savaient les hommes qui l’avaient enlevée de l’Art du Dessin et de Gwendalavir?

Mon avis

Je continue ma relecture des romans de Pierre BOTTERO avec le premier tome des Mondes d’Ewilan. Et une fois encore, j’ai adoré me replonger dans l’univers créé par l’auteur !

Alors qu’Ewilan et Salim veulent profiter de leurs vacances en retournant sur Terre et rendre visite aux Boulanger, Ewilan se fait enlever par une organisation gouvernementale qui étudie les phénomènes paranormaux. Ewilan est ainsi emmenée dans l’« Institution » où elle est droguée et étudiée sous toutes les coutures par plusieurs scientifiques.

Salim tente tout pour retrouver son amie. Avant que la drogue ait fait effet, Ewilan a réussi à envoyer un message télépathique à Salim pour lui indiquer où elle était retenue. Il s’y rend et tente de la libérer.

L’atmosphère est bien plus sombre et plus triste dans ce tome que dans les précédents. Ewilan/Camille doit surmonter de nombreuses épreuves traumatisantes et elle aura beaucoup de mal à se reconstruire après les horreurs qu’elle a subies à l’Institution. Elle devient bien plus adulte et plus mature qu’elle n’était déjà.

Salim aussi va gagner en maturité par ces aventures. Il prouve toute sa loyauté, son courage et son amour pour Ewilan dans ce tome, en traversant autant d’épreuves qu’elle pour la libérer. Il m’a beaucoup touchée et émue dans ce tome. On est bien loin du garçon un peu bête et un peu trop farceur qu’on connaissait jusque-là.

Puisqu’on parle des personnages, je voulais aussi parler de Maximilien, le berger solitaire d’Ombre Blanche, dont on fait la connaissance dans ce tome. C’est un homme simple, qui vit de peu, mais qui a un cœur en or. J’ai beaucoup apprécié ce personnage.

Nous faisons aussi la connaissance d’un autre personnage : Illian, un des enfants prisonniers de l’Institution. Ses origines restent mystérieuses et il est en possession d’un pouvoir effrayant. Malgré cela, il est très attachant et m’a émue. J’ai hâte de voir la suite de son histoire dans les prochains tomes (je la connais déjà en fait, mais je suis quand même impatiente !).

Finissons de parler des personnages avec Edwin, Ellana, Siam et Maître Duom. Je les ai tous retrouvés avec plaisir dans ce tome et ils me plaisent toujours autant. Je regrette seulement que Bjorn n’ait pas été présent: son humour m’a manqué.

Parlons un peu de l’univers du roman maintenant. L’intrigue se passe intégralement en France, dans notre monde. Le changement m’a plu. Ça permet d’apporter un peu d’originalité par rapport aux tomes précédents et ça permet de renouveler l’intrigue. Mais bon, j’ai quand même hâte de retrouver Gwendalavir dans les prochains tomes car ce monde magique m’a un peu manqué, je l’avoue !

Du fait que l’intrigue se passe dans notre monde, on n’apprend pas grand chose de neuf sur l’univers créé par l’auteur. Il nous laisse toutefois quelques pistes sur un nouveau continent de Gwendalavir à explorer pour les prochains tomes !

Finissons cette critique en abordant le style de l’auteur. J’adore le style de Pierre BOTTERO et je n’ai pas été déçue par ce tome. Son écriture est fluide et poétique, elle est pleine de beauté. Bref, c’est très agréable de le lire. Et puis, il y a beaucoup d’humour, et ça me plaît beaucoup. Je vous mets d’ailleurs un extrait pour que vous puissiez goûter à son style magique ! (p. 334-335) :

« – Celle-là, je l’ai égorgée, expliqua Ellana d’une voix posée. Pour plus de sécurité, Edwin a cru bon lui envoyer deux flèches en plein cœur. Manque de confiance typiquement masculin…
– Heu… je vois… Et ça, qu’est-ce que c’est ?
– Ce qui reste du Ts’lich brûlé par Illian. Ça fait un peu désordre, mais Illian est jeune et se trouvait dans l’urgence. Grâce à lui, nous savons désormais que le Ts’lich n’est pas comestible. Impossible d’inviter des amis autour d’un barbecue et cuire un truc pareil. Ce serait une faute de goût impardonnable. »

Pour continuer sur le style de Pierre BOTTERO, j’ai beaucoup aimé comment était narré le début de ce roman. On rentre immédiatement dans le vif du sujet et les explications viennent un peu plus tard avec des allées-retours vers lepassé qui nous permettent de comprendre comment les personnages sont arrivés dans la situation qui est la leur. Cette façon de faire est déroutante mais très agréable !

En conclusion, cette nouvelle trilogie débute vraiment bien et est à la hauteur de la première. Tous les ingrédients sont là pour donner un très bon résultat. J’ai hâte de poursuivre ma relecture !

Ma note : 8,5/10.

 

La série « La Quête d’Ewilan » :
D'un monde à l'autreLes frontières de glaceLîle du destin

La série « Les Mondes d’Ewilan » :
La forêt des captifsL'oeil d'OtolepLes tentacules du mal

 

Les 170 idéesIdée n°166 : un appartement, une maison… (couverture)

Challenge Fin de série

2 Commentaires

  • Quand je lis tes avis, à chaque fois j’ai l’impression de lire les miens^^ J’ai le même avis que toi 🙂

    • C’est vrai qu’on a quasiment les mêmes impressions sur ce tome, une fois encore ! Et puis, j’ai remarqué qu’on fait souvent les mêmes lectures communes ensemble. On doit avoir les mêmes goûts !

N'hésitez pas à laisser un commentaire!