28 février 2013 - O'DONNELL Cassandra    Aucun commentaire

Rebecca Kean – T2 : Pacte de sang – Cassandra O’DONNELL

  • Auteur : Cassandra O’DONNELL
  • Titre : Pacte de sang – Tome 2
  • Série : Rebecca Kean (4 tomes actuellement)
  • Genre : Bit-Lit
  • Edition : J’ai lu
  • Parution : 2011
  • Nombre de pages : 575

Pacte de sang

Quatrième de couverture

Depuis que je suis devenue la tueuse attitrée de la communauté surnaturelle du Vermont, je n’ai plus une minute à moi, course-poursuite, exécutions, meurtres en série… bref je n’ai ni le temps, ni l’envie de m’occuper de ma vie privée. Alors quand mon ex, Michael, un vampire aussi sexy que redoutable a débarqué en ville, ça m’a un peu contrariée. Il faut dire que quand on se retrouve enceinte à 16 ans et qu’on plaque son amant, on n’est généralement pas très pressée de le revoir dix ans plus tard et de lui annoncer qu’il est papa. Du moins, pas avant d’être passée d’abord faire le plein chez Joe, le marchand d’armes du coin.

Mon avis

*Attention, cette chronique contient des spoilers pour ceux qui n’ont pas lu le premier tome !*

J’ai lu le premier tome il y a déjà un petit moment et je l’ai plutôt bien aimé. J’avais donc hâte de voir si la suite se révélait à la hauteur !

Le roman commence plus ou moins là où s’était fini le premier. Rebecca Kean est devenue l’Assayim de la région, c’est-à-dire qu’elle est chargée de faire régner la justice en traquant les méchants. Tout aurait pu aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, mais comme dans tous les romans, ce n’est rarement le cas. Nous allons en effet avoir droit à quelques remous : Michael, l’ex de Rebecca et père de sa fille est arrivé en ville et il ignore tout de l’existence de Leonora ; et une jeune fille loup-garou a été violemment assassinée… Bref, ça ne va pas être de tout repos pour notre Rebecca.

J’ai décidé de commencer cette chronique par les points négatifs, et ils restent pour la plupart les mêmes que ceux que j’avais relevés dans le premier tome.

Tout d’abord, Rebecca fait un tas de choses qui sont normalement impossibles. Ca sert à quoi que l’auteure s’amuse à donner des règles à son univers si la miss Rebecca les enfreint toutes ?! Ainsi (je donne volontairement un exemple du premier tome pour ne pas spoiler le deuxième, et si vous n’avez pas non plus lu le premier, tant pis pour vous, je vous avez prévenu de ne pas lire en début d’article !) les vampires ne peuvent pas procréer avec des sorcières. Qu’à cela ne tienne, notre Rebecca a un enfant d’un vampire ! Si ça n’arrivait qu’une ou deux fois dans le livre, ça passerait… mais là, c’est tous les trois chapitres qu’on a un truc de ce genre. Du coup, ça tue un peu le suspens : Rebecca est dans une situation impossible, on devrait être en train de se ronger les doigts (oui, car on a même dépassé le stade du rognage des ongles), mais on sait que Rebecca va s’inventer un truc impossible et invraisemblable, donc plus aucune raison de t’inquiéter !

Deuxième chose qui m’avait déjà dérangée dans le premier tome : Rebecca est une sans-cœur ! Certes, il est précisé à plusieurs reprises que c’est sa nature de Vikaris qui veut ça, mais il y a un moment où il faut qu’elle devienne un peu plus humaine sinon on aura du mal à accrocher. J’ai beaucoup eu de mal au début, lorsque la jeune louve a été retrouvée morte. Elle annonce ça au parent comme elle annoncerait qu’elle vient de manger une pomme. Elle les empêche de voir le corps de leur fille pour ne pas faire attendre l’autopsie… Bref, un peu de douceur et de compassion aurait été les bienvenus pour nous rendre ce personnage un peu plus attachant.

Dans le même genre, je la trouve très dure avec ses amis. Elle leur balance en pleine face tous leurs défauts à la moindre occasion et leur parle de manière très autoritaire… Bizarres comme relations amicales mais pourtant ça à l’air de marcher car tout le monde continue à lui passer tous ses caprices !

Puisqu’on est dans la liste des points négatifs, je continue avec celui que je trouve le plus important de tous : mais qu’est-ce que fout Raphaël ?! Dans le genre complètement froid et indifférent, on ne fait pas mieux (en réalité, ils se sont plutôt bien trouvés tous les deux !). Il passe tout le roman à faire des courbettes et à boire le champagne (ou du sang plutôt) avec les ambassadeurs de Mortefilis au lieu de faire du gringue à notre Rebecca ou même de l’aider un peu dans son enquête.

En réalité, j’ai presque préféré Michael à Raphaël car lui au moins tente de s’occuper d’elle (même maladroitement). Il n’hésite pas à risquer sa vie pour la sauver alors que le Raphaël se prélasse dans son salon auprès de ses invités.

Bref, heureusement que la romance a une place très secondaire par rapport à l’intrigue générale car sinon, vous l’aurez compris, j’aurais beaucoup moins aimé ce second tome !

Ne vous inquiétez pas, j’en ai terminé avec les points négatifs. Il y en avait beaucoup n’est-ce-pas ? Et pourtant, je peux vous dire que j’ai adoré le roman ! (j’adore être paradoxale…). Car l’enquête sur les meurtres est tout simplement géniale : il y a des rebondissements, des mystères, des retournements de situation… Et en plus, l’intrigue est bourrée d’action. On ne peut pas tourner trois pages sans tomber sur une bonne petite bagarre, une course-poursuite… On ne s’ennuie vraiment pas une seule seconde.

Le style de l’auteure est aussi très bon et a beaucoup participé à faire remonter le livre dans mon estime. Tout est bien décrit mais sans excès, on a beaucoup de dialogues qui donnent un certain rythme à l’histoire, et on a de l’humour, même s’il est souvent d’un goût un peu douteux !

 

En conclusion, ce second tome comporte beaucoup de points négatifs comme la froideur de Rebecca et son manque d’humanité, comme le rôle inintéressant qu’y joue Raphaël… mais malgré cela, j’ai dans l’ensemble beaucoup apprécié ce deuxième tome grâce à l’intrigue qui est très bonne et grâce au style de l’auteur que j’aime beaucoup. Je ne manquerai donc pas de lire la suite prochainement !

Ma note: 8/10.

Les tomes précédents :
Traquée

 

Baby Challenge Bit-lit 2013

Logo les 170 idéesn°32 : quelque chose de métallique : le couteau

N'hésitez pas à laisser un commentaire!