Vivants – Isaac MARION

  • Auteur : Isaac MARION
  • Titre : Vivants
  • Genre : Science-fiction
  • Edition : Bragelonne
  • Parution : VO : 2011 ; VF : 2011
  • Nombre de pages : 318

Vivants

Quatrième de couverture

R est un zombie. Il n’a pas de nom, aucun souvenir, pas de pouls, mais il rêve. Il est un peu différent des autres morts.

Dans les ruines d’une ville abandonnée, il rencontre Julie, une jeune fille à l’opposé de tout ce qu’il connaît : chaleureuse, intelligente et pleine de vie. Pour des raisons qu’il ne comprend pas, R décide de sauver Julie au lieu de la dévorer.

Il n’est plus satisfait de vivre dans une tombe. Il veut respirer et vivre. Julie est prête à l’aider. Mais pour réussir, ils vont devoir combattre la dure réalité d’un monde en décomposition…

Mon avis

Ça faisait un bon moment que j’entendais parler de ce livre, et toujours très positivement. L’opération Bragelonne qui le proposait en version e-book à 0,99 euros m’a convaincue de sauter le pas et de me lancer dans l’aventure !

À vrai dire, je n’ai pas tant aimé que ça ce livre. Peut-être que j’en attendais trop suite à tous les très bons avis que j’avais lus. Bref, je suis un peu déçue, mais ce n’est pas pour autant que je me suis ennuyée à la lecture, c’est juste un livre qui n’a rien de sensationnel.

Le roman commençait pourtant très bien. Grâce à la première personne, nous suivons R, un zombie, qui ne se souvient pas de son prénom mis à part la première lettre. R n’a aucun souvenir, pas de sentiment ni même d’ambition ou d’envie.

J’ai trouvé cette idée très originale : dans tous les livres que j’ai lus jusque-là, les zombies étaient toujours des créatures répugnantes et dangereuses. Et à vrai dire, ça aurait dû aussi être le cas dans ce roman, mais parce qu’on est dans la tête de R, on parvient à comprendre son mode de vie et ses pensée. C’est sa nature qui le contrait à dévorer des humains mais ça le désole. Et certes il est un peu pourrissant et ne sent pas la rose, mais l’auteur réussit l’exploit de nous en faire un personnage sympathique et attachant.

J’ai beaucoup aimé comment Isaac MARION a imaginé la vie des zombies. Ils vivent en société comme nous, ils suivent des règles et des principes… J’ai aussi beaucoup aimé les descriptions du quotidien des zombies, notamment R qui monte les escalators dans un sens puis les descend dans l’autre toute la journée ! À la fois c’est plein d’humour et en plus ça colle très bien à ce qu’on pourrait s’imaginer d’un zombie.

Donc vous l’aurez compris, j’ai adoré le début de ce roman, mais après tout se gâte pour moi et les critiques négatives vont s’enchaîner !

Tout d’abord, ce roman est décrit plutôt comme un roman d’amour, que ce soit par la quatrième de couverture ou par les citations qui sont sur la couverture. Je m’attendais donc à quelque chose où l’histoire d’amour occuperait une place importante. Au lieu de quoi, les sentiments sont très peu présents. Certes R a sauvé sa Julie et ils ne veulent plus se séparer, mais on n’a rien d’autre à se mettre sous la dent. L’accent n’est pas vraiment mis sur leur relation et j’ai trouvé cela dommage.

Deuxième point noir de ma liste : Perry, qui est l’ex de Julie et que R a dévoré. Il est mort et définitivement mort (R s’est assuré pour qu’il ne revienne pas à la vie), mais pourtant, il est toujours présent et semble parler dans la tête de R. Je n’ai pas du tout compris comment et pourquoi c’était possible et je n’ai absolument pas apprécié Perry. Alors quand tout un chapitre est consacré à lui et à ses souvenirs, je me suis vraiment ennuyée ! Je ne sais pas pourquoi l’auteur a passé autant de temps sur ce personnage qui est inintéressant et qui n’apporte rien à l’intrigue! (Oui, je sais, je suis très remontée contre Perry, mais il l’a cherché !).

Dernier point noir (et heureusement que je n’ai cité que les plus importants !) : la fin du roman. À vrai dire, j’ai pas bien compris ce qui se passait. Je n’ai pas compris ce qui arrivait au père de Julie par exemple. Bref, je ne sais pas si c’est moi qui ait l’esprit trop obtus et qui n’ait rien compris ou si c’est la fin qui est volontairement ambiguë, mais en tout cas, je n’ai pas tout compris et du coup ça gâche un peu ma lecture de ne pas en comprendre le dénouement !

D’ailleurs, en parlant de la fin, ce n’en est pas vraiment une car la situation reste plus ou moins la même pour Julie et R. Il y a vaguement une phrase qui dit qu’il faudra du temps pour que ça évolue et blablabla mais du coup, on reste un peu sur notre faim !

Une fois ma lecture terminée, je suis allée voir le film qui a été adaptée du livre sous le nom de Warm Bodies. Comme de manière générale, j’ai tendance à trouver les films moins bons que les livres, j’ai eu pas mal d’appréhension. Et pour finir, j’ai été très surprise car le film est vraiment excellent ! En effet, il a su amplifier tous les points positifs du roman tout en estompant tous ceux qui étaient négatifs !

Si le livre comportait déjà un peu d’humour, le film lui en est rempli, surtout grâce à la narration à la première personne qui a été retranscrite dans le film. J’ai beaucoup aimé comment les zombies sont joués : ils sont à la fois très fidèles à l’idée qu’on se fait d’un zombie dans le livre : un peu effrayants et bizarres, mais attachants et pas si répugnants que ça.

Par ailleurs, le film a beaucoup réduit les interventions de Perry (ouf !) et a su transformer la fin : on comprend ce qui arrive au père de Julie et on a véritablement une fin au film !

 

En conclusion, contrairement à tous les avis très positifs que j’avais lus sur ce roman, j’ai été déçue par ma lecture. L’idée de départ du roman sur les zombies était très originale et très prometteuse, mais elle a été plombée par les interventions (inutiles) d’un certain Perry (que j’exècre) et par une fin un peu floue et qui semble inachevée. Par contre, l’adaptation cinématographique est excellente car elle a su mettre en valeur l’originalité du roman tout en atténuant les points qui ne m’avaient pas plu. Malgré mon avis un peu mitigé, je vous conseille quand même le livre car il mérite d’être connu !

Ma note : 7,5/10.

 

Voici la bande-annonce du film :

 

Les 170 idées n°137 : quelque chose en vie

N'hésitez pas à laisser un commentaire!